Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Laurent Gbagbo ira devant la Cour pénale internationale

Il sera jugé pour crime contre l’humanité




Laurent Gbagbo ira devant la Cour pénale internationale
L'ancien président de la Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo sera jugé devant la Cour pénale internationale (CPI) pour crime contre l'humanité, les juges de la Chambre préliminaire ayant estimé jeudi à la majorité que l'accusation était suffisamment étayée.
L'ex-président, accusé d'avoir fait basculer le pays dans la guerre civile en refusant de concéder sa défaite à l'élection présidentielle de 2010, sera poursuivi pour meurtre, viol, tentative de meurtre et persécution.
Il encourt la prison à perpétuité. Aucune date n'a encore été fixée pour le procès. Laurent Gbagbo a été remis à la CPI en novembre 2011.
Son renvoi devant une Chambre de première instance a été décidé par deux des trois juges de la Chambre préliminaire, le troisième ayant émis une opinion dissidente, précise la CPI dans un communiqué.
Dans leur décision de 131 pages, les magistrats de la CPI estiment qu'il y a "des motifs substantiels de croire" que l'ancien chef de l'Etat est pénalement responsable des crimes commis durant les violences, s'en prenant "systématiquement" aux partisans de son adversaire politique Alassane Ouattara.
Selon les procureurs, Laurent Gbagbo a imaginé un plan avec sa femme Simone, qui reste en résidence surveillée en Côte d'ivoire, et l'ancien chef de file du Mouvement Ivoirien des jeunes patriotes, Charles Blé Goudé, actuellement en détention à la CPI, pour alimenter les violences et en tirer profit.
"C'est la première victoire pour les victimes de la crise post-électorale", a déclaré Issiaka Diaby, qui représente un collectif de victimes des violences. "A partir d'aujourd'hui, les gens sauront qu'on ne peut plus tuer et brûler les gens impunément".
Les avocats de Laurent Gbagbo n'ont pu être joints. On ne sait pas s'ils feront appel de la décision annoncée jeudi. "Le Front populaire ivoirien exprime son étonnement et son amertume face à une décision qui ne contribue en rien à la réconciliation nationale", a déclaré le parti de Laurent Gbagbo dans un communiqué publié jeudi soir.
Les partisans de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé ont accusé Alassane Ouattara, désormais président, de se servir de la CPI comme un instrument politique pour se débarrasser de ses ennemis politiques. "La décision qui a été prise était celle que nous espérions", a réagi le porte-parole du gouvernement ivoirien Bruno Koné. "Je pense que c'est une bonne chose pour les victimes."
A New York, l'ONG Human Rights Watch a salué la décision de juger Laurent Gbagbo, qui "rappellera à ceux qui sont en position de pouvoir qu'ils ne sont pas au-dessus des lois". 
 

Reuters
Samedi 14 Juin 2014

Lu 222 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs