Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Laâyoune : Affrontements entre les forces de l’ordre et les transporteurs illégaux




Laâyoune : Affrontements entre les forces de l’ordre et les transporteurs illégaux
Il y a quelques années, s’est développé à Laâyoune ce qui allait être désigné comme le transport illégal.
Au début des années 2000, la ville a connu un essor jamais égalé depuis sa  création. Les investissements importants de l’Etat dans la métropole, l’éradication des derniers bidonvilles, la multiplication des infrastructures et le surpeuplement de la ville ont fait que les 305 taxis de la place ne répondaient plus aux besoins de plus en plus grandissants des habitants, surtout avec les extensions et l’apparition de différents quartiers à la périphérie. C’était l’occasion inespérée pour des milliers de chômeurs de trouver un emploi, même aléatoire, pour ceux dont les familles pouvaient leur acheter des véhicules utilitaires.
Les autorités avaient deux raisons de ne pas intervenir et tuer dans l’œuf ce qui allait devenir leur hantise quelques années plus tard. En effet, elles voyaient à travers  ce genre de transport, la solution qu’elles n’ont pas pu ou voulu trouver pour résoudre le problème, de plus en plus persistant, des transports urbains, d’une part, mais aussi et surtout la création de dizaines d’emplois dont ont tant besoin les jeunes diplômés et autres chômeurs dont les manifestations sont souvent destructrices et marquées par la violence.
Devant le silence des autorités, les petites estafettes dont le nombre était estimé, en 2005, à 150, dépasse aujourd’hui les 1.400. Les conducteurs ne détiennent aucun document administratif justifiant l’activité de transporteurs.
Au cours des semaines dernières et pendant que les petits taxis étaient en grève, les conducteurs des minicars avaient observé des sit-in demandant aux autorités de régulariser leur situation en leur accordant des licences et  le statut  de transporteurs légaux s’acquittant des taxes et droits y afférents.
Mais face au mutisme et à l’indifférence des responsables, les intéressés se sont attroupés sur la place blanche dans le quartier populaire d’Al Aouda dont les habitants sont les plus touchés par ce moyen de transport.
Les forces de l’ordre voulant disperser cet attroupement ont affronté les 1400 mécontents soutenus par les élèves des établissements avoisinants. Cette échauffourée s’est soldée par plusieurs blessés de part et d’autre, sans que le problème ne soit résolu.

Ahmadou El-Katab
Jeudi 12 Janvier 2012

Lu 735 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs