Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La wali de Kénitra donne son sang et convoque la télévision

Opération de solidarité ou coup de com’ ?




La wali de Kénitra donne son sang et convoque la télévision
Zineb Adaoui a fait don de son sang. Et elle l’a fait savoir en convoquant la télévision, la presse, les journalistes et en publiant un communiqué de presse et une photo immortalisant ce moment historique. Cela s’appelle la transparence. Les esprits chagrins parleront eux de promotion. Toujours est-il que la wali de la région du Gharb-Chrarda-Bni Hssen est une professionnelle. Elle ne se déplace jamais sans les caméras ni les micros. Et quand c’est pour la bonne cause, elle ne fait pas les choses à moitié. Parce que précisément c’est sa bonne action du jour. Vous avez dit B.A ?
Mais reprenons depuis le début. Mardi 9 septembre, alors que la campagne de don de sang bat son plein, la wali du Gharb décide de donner l’exemple en matière de solidarité. Mme Adaoui se rend donc au siège de l’Association des œuvres sociales des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur relevant de la wilaya de Kénitra. L’association organise une collecte de dons de sang pendant deux jours. Cela ne se fera pas sans la wali qui  tend bien droit son bras. La caméra zoome sur une belle veine de femme devenue agent d’autorité. On repassera pour la démarche spontanée d’une donneuse de sang pas comme les autres. On repassera quand les journalistes ne seront plus là. En attendant, le décor est planté. Madame la wali prend la pose –si, si, il n’y a qu’à voir la photo. On a même pensé à déposer près d’elle tous les attributs de l’officialité du moment : grand portrait du Roi et énorme drapeau frappé aux couleurs du Maroc.
Al Oula, qui comme d’habitude n’a toujours pas grand-chose à faire, a dépêché ses équipes pour filmer ce moment historique d’une wali donnant son sang aux citoyens. Probablement parce qu’en des temps pas si éloignés que cela, certains walis suçaient celui des populations qui se saignaient aux quatre veines pour ne pas subir les coups de sang d’une autorité longtemps injuste. Donc Al Oula filme une wali souriante, le bras tendu pour donner son sang. On recueille même la déclaration de la super-donneuse de sang. C’est beau la solidarité. On ne retiendra pas les lieux communs puisés dans les « on sauve des vies », « c’est un devoir », « la solidarité est une valeur de la société marocaine ». Non, on ne retiendra rien de tout cela.  On retiendra seulement le sourire de Mme la wali qui sait s’adresser à la caméra. Ça sent le media-training, la com’ bien étudiée, les longues séances devant le miroir, seule face à sa prochaine ascension. 
Et face à la caméra,  à moitié allongée sur le fauteuil du centre de transfusion sanguine de Kénitra, Zineb Adaoui parle, parle, parle. Elle parle fièrement de la région qui est placée sous son commandement depuis janvier dernier. Elle dit que la région, sa région est un modèle en termes de don de sang. Elle dit aussi que la région dont elle est le wali a reçu le prix des meilleurs donneurs de sang du Maghreb en 2006 et qu’elle contribue pour le tiers en besoins en matière de sang de Rabat. De l’autre côté du petit écran, le téléspectateur qui a regardé le reportage et écouté jusqu’au bout la déclaration de Madame la wali –qu’il soit ici remercié pour sa bravoure- réalise soudain qu’il y a problème. Si Kénitra et sa région sont sur la première marche du podium en termes de dons de sang, si les mêmes Kénitra et sa région couvrent le tiers des besoins en sang de la capitale du Royaume, si la toujours Kénitra et sa région ont reçu le prix de meilleurs donneurs de sang du Maghreb, pourquoi Zineb Adaoui se fait-elle filmer en train de donner son sang et publie un communiqué de presse accompagné d’une photo d’elle-même, comme preuve ultime de son acte de solidarité ? Le téléspectateur poseur de question se sent soudain comme dupé. Il a de mauvaises pensées. Et si Madame la wali voulait tout simplement faire sa promo ? Et si son don de sang n’était qu’une opération de com’ ? Il faut vite chasser ces mauvaises pensées de téléspectateur forcément sceptique et soutenir les walis solidaires. Quant aux opérations de communication, elles n’engagent que ceux qui y croient.

Narjis Rerhaye
Jeudi 11 Septembre 2014

Lu 1371 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs