Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La ville n'ayant pas été considérée comme zone difficile : Les enseignants de Sidi Ifni en grève




La ville n'ayant pas été considérée comme zone difficile :  Les enseignants de Sidi Ifni en grève
L'indemnisation des fonctionnaires des zones reculées du Royaume pose encore problème. L'accord sur les critères de désignation des zones lointaines constitue un véritable casse-tête pour les acteurs concernés. C'est le cas de Sidi Ifni où plusieurs enseignants ont observé deux jours de grève pour  demander que cette ville soit considérée comme zone éloignée, et ce contre l'avis du délégué provincial du ministère de l'Eduction nationale qui a retenu seulement neuf établissements scolaires comme répondant à ce critère.
A en croire Rachid Herbaz, responsable syndical, la proposition du délégué est infondée voir insensée vu les défaillances des services publics de cette ville. « Sidi Ifni manque de tout: de médecins, avocats, notaires, agences bancaires, services publics, etc. Bref, notre ville vit l'exclusion et l'éloignement », nous a-t-il précisé. Selon lui, cette localité a toujours constitué un lieu de transition pour plusieurs fonctionnaires qui ont préféré tenter leur chance ailleurs au lieu de rester dans cette ville. D'où l'intérêt, d’après lui, de la décréter comme zone reculée, afin que l'indemnisation accordée à ses fonctionnaires les encourage à y rester.     
Pourtant, l'avis du délégué provincial du MEN ne semble pas rejoindre celui des syndicalistes. D'après lui, seuls neuf établissements scolaires sur 108 font partie  des zones reculées. Un point de vue que ne partage pas le délégué provincial du ministère de la Santé qui a déclaré, de son côté, que l'ensemble de Sidi Ifni est une zone éloignée.
Même jugement de la part d'Abdelhak Bouhouch, secrétaire général provincial de la FDT, qui estime que l'avis du représentant du ministère est injuste puisque des villes proches de Sidi Ifni sont déclarées zones reculées. « On ne comprend pas comment des villes comme Guelmim, Laâyoune ou Tiznit aient été considérées comme telles alors que notre ville a été exclue de la liste. Pourtant, elle répond parfaitement au cadre référentiel qui met l'accent sur les facteurs de l'éloignement géographique, du manque d'infrastructures (eau, électricité, centre d'approvisionnements…), du type de climat… afin de permettre aux fonctionnaires de  bénéficier de l'indemnisation», s'est-il demandé.  
Rachid Herbaz pense que la question de désignation des zones lointaines reste un sujet très sensible et qui risque de provoquer certaines tensions sociales. Pour lui, le retard enregistré au niveau de l'opérationnalisation de cette mesure en dit long sur les difficultés des parties concernées à se mettre d'accord sur les critères définissant les zones reculées. «Le ministère de l'Eduction nationale est appelé à assumer ses responsabilités.  Sa définition des zones reculées doit se faire dans un sens plus large afin d'instaurer le principe de l'égalité administrative entre tous les fonctionnaires », nous a affirmé Abdelhak Bouhouch.

Hassan Bentaleb
Vendredi 21 Septembre 2012

Lu 665 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs