Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La société civile plus impliquée dans la protection de l’environnement




La société civile plus impliquée dans la protection de l’environnement
Les associations de protection de l’environnement sont appelées à accompagner les actions du gouvernement pour davantage d’efficacité, a affirmé, récemment à Al Hoceima, l’expert en environnement, Mohamed Benyekhlef, membre de l’association «El Gharb» pour la protection de l’environnement.
«La société civile est un acteur majeur qui remplit des rôles de plus en plus importants dans la protection de l’environnement, dans le sillage de la nouvelle Constitution», a souligné M. Benyekhlef lors d’une rencontre d’un groupe de travail sur la politique européenne de voisinage en matière d’environnement, constitué d’une vingtaine d’associations marocaines.
«Les associations détiennent aujourd’hui les moyens nécessaires pour participer efficacement à la gestion de la chose locale», a-t-il insisté, rappelant que le groupe de travail sur la politique européenne de voisinage en matière d’environnement, qui a été créé en 2008 en collaboration avec le Fonds mondial pour la nature (WWF-Maroc), se consacre notamment aux questions des énergies renouvelables, des changements climatiques et de la protection des ressources hydriques.
Par ailleurs, M. Benyekhlef a souligné que «le Maroc dispose d’un important arsenal juridique en matière de protection de l‘environnement et de moyens de contrôle nécessaires à son application», relevant qu’il est nécessaire de faire face aux problèmes liés à l’exploitation irrationnelle des ressources maritimes, au feu de forêts, à l’abattage des arbres, ainsi qu’à l’expansion des villes au détriment des espaces verts.
De son côté, le représentant du Fonds mondial de la nature (WWF), Christoph Stein, a noté que les associations marocaines ont réalisé un progrès considérable ces dernières années et capitalisé un savoir-faire leur permettant aujourd’hui de partager leur expérience au niveau international.
Le rôle du WWF est d’appuyer les initiatives des acteurs associatifs, à travers des financements directs ou des formations à la gestion interne des associations et le travail en réseau, a-t-il relevé, soulignant que les associations sont très bien positionnées pour diagnostiquer et répondre aux problèmes liés à l’environnement.
Cette rencontre vise à traiter notamment le renforcement de la gouvernance interne du groupe de travail, le travail en réseau, la finalisation et l’approbation du manuel de gouvernance ainsi que la préservation des écosystèmes et du patrimoine écologique marocains.

Mardi 8 Avril 2014

Lu 1231 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs