Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La sécurité pose problème dans l’ancienne médina d’Essaouira

Résidents, commerçants et touristes tirent la sonnette d’alarme




La sécurité pose problème dans l’ancienne médina d’Essaouira
La sécurité dans l’ancienne médina d’Essaouira constitue actuellement l’une des préoccupations des habitants. Des incidents survenus dans les artères principales comme dans les  quartiers et ruelles de l’ancienne médina ont poussé habitants, commerçants et touristes à tirer la sonnette d’alarme, demandant des mesures sécuritaires urgentes pour faire face à la criminalité qui menace le caractère paisible de la ville.
Lundi 11 novembre courant, trois femmes ont été agressées au quartier Sidi Ali Ben Abdellah considéré parmi les points noirs sur le plan sécuritaire dans l’ancienne médina.
«Il nous est impossible de circuler dans le quartier Sidi Ali Ben Abdellah au-delà de 22h. Nous sommes menacés, intimidés et attaqués par des délinquants hors contrôle. Pourtant, nous n’avons jamais cessé de réclamer l’intervention des services sécuritaires en vue  de rétablir l’ordre et sécuriser  les habitants qui se sentent actuellement abandonnés à leur sort», nous a déclaré un habitant de l’ancienne médina.
Pourtant, les services compétents doivent déployer davantage d’efforts lorsqu’il s’agit de la sécurité en médina considérée comme le principal circuit touristique et patrimonial.
Des observateurs expliquent la régression de la sécurité à l’ancienne médina  par la réduction de l’effectif après le déménagement de la police judiciaire au nouveau local au quartier El Borj. La police se contente depuis cette date d’un petit poste gardé par deux ou trois éléments.
«Il vaut mieux exhiber la force plutôt que de l’utiliser. Avant, les voitures des patrouilles et des officiers de police étaient présentes en nombre et en permanence au cœur de l’ancienne médina. De ce fait, les services sécuritaires jouissaient d’un bon timing d’intervention à chaque incident ou problème. Actuellement, on ne peut pas demander plus à l’effectif réduit déployé sur place et reflétant la pénurie en ressources humaines dont souffrent les services sécuritaires à Essaouira. Les habitants doivent bénéficier du droit à la sécurité et à la liberté de déplacement de jour comme de nuit. Les services compétents sont appelés à renforcer le dispositif sécuritaire de la ville et le déployer de façon rationnelle », commente un acteur associatif.

Abdelali Khallad
Vendredi 15 Novembre 2013

Lu 1913 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs