Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La rentrée scolaire Quelles perspectives pour la réforme ?




Lors de  l’instauration de la Charte nationale  de l’éducation et  de la formation   qui a proclamé la période 2000-2009 « décennie de l’éducation » et fait de l’éducation et de la formation une priorité nationale, le peuple marocain et les observateurs  avaient nourri l’espoir de voir l’école évoluer et répondre aux besoins du citoyen moderne. Mais force est de constater que ces attentes ont été avortées  avant même que la charte  ne parvienne à son terme. Pour pallier les insuffisances de la convention éducative  qui n’a été appliquée que dans une moindre mesure, un programme  d’urgence pour la période 2009/2012   a été lancé  tambour battant pour redorer le blason d’un enseignement qui souffre d’une maladie chronique. Arrivé à son terme ou peut-être  un peu avant, ce programme s’est avéré inefficace en dépit  des moyens faramineux qui lui ont été alloués.
Ainsi d’année en année, notre enseignement  patauge dans le bourbier de la médiocrité. L’infrastructure scolaire vieillit et certains établissements  n’ont de l’école que le nom, les programmes stagnent et les manuels sont dépassés, la qualité de la formation des cadres régresse de plus en plus et subit  des réformes impulsives et la formation continue est quasi inexistante, le choix de la langue de l’enseignement n’est pas tranché et on a plusieurs enseignements parallèles, l’enseignement privé qui s’est voulu sauveur est confié à  des chasseurs de trésors qui l’ont rendu  inaccessible au peuple et l’étau se serre  autour de lui après avoir interdit le recours aux enseignants de l’Etat, le niveau  des apprenants baisse de génération en génération  et même avec un bon niveau, ils n’arrivent pas à accéder à des écoles de leur choix vu les seuils imposés et l’excédent de candidatures. Le marché du travail, quant à lui, est hermétiquement  clos  et le nombre de  diplômés chômeurs s’accumule car leurs diplômes ne répondent pas  aux exigences du marché de l’emploi. Par conséquent,   la jeunesse, après des années d’études et de labeur, voit ses rêves enterrés par des politiques  antisociales et choisit l’émigration, le fondamentalisme ou végète dans l’oisiveté.
En 2014, le constat était clair, l’état de nos écoles a empiré et le  Conseil supérieur  de l’éducation (CSE) et de l’enseignement présidé par Driss Jettou   qui est appelé à la rescousse après des concertations approfondies, annonce de nouvelles mesures à partir de 2016. Aurons-nous cette fois la chance de voir les théories se traduire en pratique dans un domaine vital au développement du capital humain ?
La crise de l’enseignement au Maroc ne date pas d’hier mais remonte aux années quatre vingt-dix lorsque Feu Hassan II avait tiré  la sonnette d’alarme. La Charte de l’éducation et de la formation  n’est que le résultat de cet avertissement mais jusqu’à quelle limite  elle a réalisé les résultats escomptés et quels sont les principaux écueils rencontrés ?
La Charte de l’éducation et de l’enseignement dont l’application a débuté   en  2000 et devait s’étaler sur une dizaine d’années est riche  de par  son contenu. Exhaustive et diversifiée, elle  a indubitablement mis l’accent sur tous les ingrédients  nécessaires pour assurer une école de qualité capable de doter les apprenants  de potentialités et de compétences pour assurer à la société un système éducatif performant et durable,  mais si le début de son application est marqué par un  grand engouement  et une volonté suffisante, la logistique  mise à sa disposition est  modeste et les politiques gouvernementales l’ont avortée par la parcimonie des budgets alloués à sa réalisation. Ainsi si à certains  niveaux   quelques  objectifs ont été partiellement atteints comme l’élargissement de l’enseignement au niveau du primaire et la réactualisation des programmes,  d’autres n’ont pas bénéficié d’un intérêt particulier.
Néanmoins,  ayant ressenti la lenteur du processus et le retard de l’application de la charte, un programme de sauvetage, baptisé « plan d’urgence », fut lancé à partir de 2009, de nouveaux progrès ont été réalisés sur le plan quantitatif. Ainsi le taux national de scolarisation a nettement progressé surtout en termes de parité  entre garçons et filles comme pour répondre aux exigences de la Banque mondiale. Mais la qualité de l’enseignement laisse beaucoup à désirer :  « En 2011, les enquêtes  ont mis en évidence la faiblesse du niveau d’apprentissage des élèves marocains de 4e et 8e années par rapport à leurs camarades des autres pays. Ainsi, 74 % des élèves marocains de la 4èmee année n’atteignaient même pas le premier des quatre niveaux de référence en mathématiques et aucun ne parvenait au niveau supérieur. »
Malgré tous les efforts  consentis dans ce domaine et les budgets alloués à ce secteur, les résultats sont décevants : l’état des établissements est lamentable, des bâtiments délabrés, des salles vétustes, un environnement insalubre,   absence de sanitaires, d’eau et d’électricité. L’entretien se fait de plus en plus rare par manque de personnel et les équipements sont  victimes  de surexploitation et parfois de vandalisme. Le matériel didactique, quant à lui, se réduit au strict minimum et aucun effort n’est fait pour l’améliorer ou l’innover.
Les programmes revus depuis une quinzaine d’années frisent le ridicule et deviennent anachroniques  car en 15 ans le monde a évolué et les manuels doivent être revus et rénovés si ce n’est pour les améliorer, les enrichir ou les alléger  du moins pour les actualiser, les harmoniser avec l’époque  et les adapter à la réalité.
La gouvernance des ressources humaines constitue un pallier nécessaire dans  le domaine de l’enseignement. Il est vrai que le ministère de l’Education nationale a engagé un processus de décentralisation pour améliorer la gestion des moyens, non négligeables, alloués au secteur avec la création des académies. Cependant, le secteur de la formation et de la formation continue  de vivre dans le  tâtonnement. Les  centres régionaux des métiers de l’éduction et de la formation (CRMEF) qui ont remplacé les trois centres de formation (Régional, CPR et ENS) sont à leur début et il serait trop tôt de juger cette expérience même si elle est marquée par l’improvisation et l’incohérence.
   Le problème de la langue de l’enseignement ne cesse d’alimenter les débats depuis l’indépendance du Maroc entre les partisans de l’arabe classique, les adeptes  du français auxquels se sont  ajoutés les partisans de l’anglais  ou l’espagnol et certains ont pratiquement  opté pour les langues maternelles : l’amazigh ou l’arabe dialectal. La nouveauté dans ce domaine, peut-être pour faire plaisir à tout le monde, c’est l’instauration des bacs tous azimuts sous le nom de bacs  internationaux qui ont scindé les cursus scolaires et risquent d’engendrer  des différences flagrantes entre les futurs diplômés. Cette nouvelle version du bac est marquée par l’improvisation surtout dans son volet formation. Nos enseignants ont certes de l’expérience mais  pour passer du jour au lendemain d’une langue à une autre, ils ont besoin d’une  formation suffisante.
Pour mettre un terme à cette multitude d’opinions, il est temps de trancher par une décision politique,  pour une langue  unique et généralisée pour tous les niveaux, capable d’assurer un enseignement scientifique  performant  et avoir recours au besoin à d’autres langues.
Devant les multiples  défaillances de l’enseignement public que les ennemis du peuple accusent  de  grever le budget de l’Etat, l’enseignement privé a gagné du terrain, en bénéficiant de certains avantages comme l’exonération de certains impôts. Mais au lieu de le considérer comme un service public accessible à la majorité des Marocains, pour certains  promoteurs, il constitue un investissement qui devrait rapporter de l’argent parfois au détriment de la qualité. Par conséquent, certaines  écoles privées sont une espèce de ghettos où s’installent des petits enfants à longueur de journée sous la surveillance de maîtresses ou de gardiennes qui n’ont jamais  suivi de formation  et qui touchent des salaires misérables. Une autre catégorie de ces écoles un peu décente n’est accessible qu’à une classe aisée car les frais de scolarité sont exorbitants.
   Il est certain que l’enseignement privé, en dépit de certaines lacunes, a réalisé des résultats probants et commence à attirer aussi bien les parents que les investisseurs. Mais ce secteur va être privé  dorénavant du personnel de l’enseignement public, ce qui va avoir des répercussions sur son rendement et sur  sa  renommée. Il faut donc penser à la  formation des cadres destinés à ces établissements avant de les priver du soutien du public et deux ans de délai sont insuffisants pour réaliser cet objectif.
Par ailleurs, certains établissements privés à vocation  professionnelle  ne font que délivrer des diplômes dépourvus de valeur scientifique ou technique, ce qui porte atteinte à la crédibilité de la formation.
Après avoir examiné les différentes défaillances de l’enseignement et certaines lacunes des programmes de rénovation tels que la charte, le plan d’urgence, il est d’autant plus ordinaire de constater que le niveau des élèves baisse et que la démotivation s’installe dans les écoles qui forment des milliers de jeunes qui ont des difficultés à intégrer le marché du travail vu l’inadéquation entre l’offre et la demande. Le problème, comme l’a si bien signalé le penseur marocain Mohamed Abed El Jabri, réside dans la société et en particulier l’économie, lesquelles n’offrent pas de débouchés à l’école, car ce sont les besoins de la société qui définissent les objectifs  et les finalités de l’école.
L’éducation est un investissement de longue haleine qui exige des efforts soutenus et des politiques cohérentes, souligne Kamel Braham, coordinateur  de la Banque mondiale  chargée de  l’appui des politiques de développement pour l’éducation au Maroc.
   Ainsi au lieu des réformes  gadgets qui apparaissent avec un  ministre et s’estompent avec son successeur, il est temps d’accorder à l’école l’intérêt et le temps nécessaires pour la rendre citoyenne, équitable, humaine   et au service du développement social  et économique de la Nation.

*  Professeur

Mohamed Aabdouss *
Samedi 12 Septembre 2015

Lu 1380 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs