Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La question de la pêche au large de Dakhla prise dans les filets de la diplomatie anti-marocaine

Une commission européenne dans nos provinces du Sud sur fond de lobbying de la Fondation Kennedy à New York




La question de la pêche au large de Dakhla prise dans les filets  de la diplomatie anti-marocaine
La Commission parlementaire mixte Maroc-UE entamera aujourd’hui jusqu’au 27 courant sa 6ème réunion à Dakhla. A l’ordre du jour,  l’examen du bilan et des acquis de cet organe, le développement des provinces du Sud et du secteur de la pêche. Certaines sources ont indiqué que la question des droits de l’Homme ainsi que la redistribution des richesses de la région à la population seront également discutées. Ces mêmes sources ont confirmé que la délégation de parlementaires européens pourrait comprendre certains députés inconditionnels du Polisario comme l’Espagnol Willy Mayer ou l’Italienne Mascardini Christina qui pourraient se saisir de la situation qui prévaut actuellement en matière de pêche à Dakhla pour noircir autant que faire se peut un tableau qui ne semble pas tout rose au vu des démarches multiples initiées par les professionnels du secteur de la pêche pour faire entendre leurs doléances et surtout pour que fin soit mise à ce qu’ils appellent la mainmise de certains lobbies sur la politique suivie par le département d’Akhennouche. En effet, Dakhla s’est transformée ces derniers en lieux de crispations multiples entre ce dernier temps et les armateurs et les pêcheurs de nos provinces sahariennes. 
En effet, les rangs des mécontents de la politique de département de la Pêche maritime dans ces régions ne cessent d’enfler de jour en jour. Ils dénoncent la situation du secteur dans les ports du Sud du Maroc entachée de prévarication, de clientélisme et de mauvaise gestion.  Une situation qui risquerait d’impacter négativement notre cause nationale par le peu d’attention que le ministère des Pêches semble leur avoir apportée et, surtout, par l’utilisation que les ennemis de notre intégrité territoriale pourront faire des rapports que la délégation de parlementaires européens devant visiter la région dressera à leur propos en ces temps où le dossier du Sahara se trouve à un moment charnière puisque le Conseil de sécurité s’apprête à adopter une nouvelle résolution pour proroger le mandat de la Minurso, et ce sur fond d’un  lobbying anti-marocain intense initié par l’Algérie via la Fondation Kennedy. 
 
Pour éviter ce qui est advenu au cours de l'année dernière lorsqu’un projet de résolution américaine voulant élargir la mission de celle-ci  à la surveillance des droits de l'Homme avait été déposé, notre pays vient de mettre les bouchées doubles en prenant, coup sur coup, deux mesures d’une importance capitale en matière de droits de l’Homme. 
Il a, en effet, annoncé que le gouvernement répondra désormais sous trois mois aux plaintes des citoyens relayées par le CNDH et l'approbation en conseil des ministres d'un projet de loi mettant fin à la possibilité de poursuivre des civils devant un tribunal militaire.
En outre, notre ambassadeur représentant auprès de l'ONU, Omar Hilale, a affirmé, dernièrement devant le Conseil des droits de l'Homme à Genève, que toute allégation sur de prétendues violations des droits de  l'Homme au Sahara sont assimilables à une agression contre l'ensemble du Maroc.
«Dénigrer Laâyoune, c'est dénigrer Rabat ; mentir sur Dakhla ; c'est mentir sur  Tanger, et calomnier sur Smara, c'est calomnier sur Fès», a déclaré M. Hilale qui s'exprimait lors d'un débat du CDH consacré aux minorités.
Le Maroc territorial, a-t-il indiqué, «est un tout indivisible comme l'est  le peuple marocain face à l'adversité et l'agression diplomatique algérienne, alimentée par plus de 700 millions de dollars ces deux dernières années».
Le résultat de tous ces efforts méritoires pourrait être écorné par l’actuelle crispation autour de la désormais réputée zone de pêche C. et par le peu d’attention que le ministère des Pêches semble lui avoir apportée. Ils risqueraient, si l’on n’y prend garde, de subir les contrecoups  de  l’utilisation que les ennemis de notre intégrité territoriale pourraient faire des rapports que fera la délégation de parlementaires européens actuellement en visite dans nos provinces sahariennes.

Hassan Bentaleb (En collaboration avec Ahmadou El-Khattab)
Lundi 24 Mars 2014

Lu 1428 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs