Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La présidente de Centrafrique plaide pour un "soutien massif" à son pays




La présidente de Centrafrique plaide pour un "soutien massif" à son pays
La présidente de transition de la République centrafricaine, Catherine Samba-Panza, a averti lundi à Kinshasa que la stabilisation de son pays ne pourrait se faire dans les délais prévus sans un "soutien massif" de la communauté internationale.
 "J'hérite d'un pays au bord du gouffre avec une insécurité généralisée, l'absence de l'autorité de l'Etat sur l'ensemble du territoire national, une catastrophe humanitaire sans précédent", a déclaré Mme Samba-Panza lors d'un discours à l'ouverture du deuxième Forum mondial des femmes francophones, qui se tient lundi et mardi dans la capitale congolaise.
 "Avec la détermination que j'ai face à ce défi, nous arriverons au bout de la transition que nous nous sommes fixée, cependant sans un soutien massif et un accompagnement de la communauté internationale, l'objectif de la stabilisation du pays et du retour à un ordre constitutionnel dans les délais requis ne pourra être atteint", a-t-elle ajouté.
 Entrée en fonction en janvier 2014, Mme Samba-Panza a pour mission de ramener l'ordre dans son pays meurtri par plus d'un an de guerre civile et d'affrontements intercommunautaires afin d'y organiser des élections au plus tard au premier semestre 2015.
 Evoquant modestement son accession à la tête de la Centrafrique, Mme Samba-Panza, seule femme présidente de la République de l'espace francophone, a estimé que celle-ci était "l'aboutissement de son engagement constant en faveur de l'égalité entre les hommes et les femmes".
"Seule la femme peut apporter la paix, la cohésion nationale et réunir ceux que la politique a séparés", a-t-elle ajouté, dans un tonnerre d'applaudissements.
 Lancé à Paris en mars 2013, le Forum mondial des femmes francophones tient sa deuxième édition à Kinshasa autour du thème : "Les femmes actrices du développement".
 Plusieurs centaines de femmes venues de tous les pays de la Francophonie y participent. Les débats doivent déboucher sur des recommandations devant être présentées au prochain Sommet de la Francophonie prévu pour novembre à Dakar.
 Les discussions de Kinshasa doivent notamment servir à affirmer et défendre le droit à la scolarisation des filles.
 

AFP
Mardi 4 Mars 2014

Lu 391 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs