Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La population marocaine sera en majorité jeune et citadine d’ici 2050

41% des naissances mondiales auront lieu en Afrique




La population marocaine sera en majorité jeune et citadine d’ici 2050
«L’avenir de l’humanité est de plus en plus africain ». Tel est le constat auquel a abouti le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) qui prévoit qu’« en 2050, environ 41% des naissances mondiales auront lieu en Afrique; de même, 40% des enfants de moins de 5 ans, 37% des enfants de moins de 18 ans et 35% des adolescents seront africains ».
Dans un récent rapport exclusivement consacré à l’Afrique, «Generation 2030/Africa Report», l’organisation onusienne indique, en effet, que « l’Afrique enregistre une nette augmentation de sa population depuis quelques décennies: ses habitants sont cinq fois plus nombreux qu’en 1950. Et la croissance démographique du continent devrait se poursuivre, avec une population qui passera de 1,2 milliard en 2015 à 2,4 milliards en 2050, puis à 4,2 milliards en 2100 ». 
Cette explosion est attribuée à plusieurs facteurs, entre autres le maintien de taux élevés de fécondité et l’augmentation du nombre de femmes en âge de procréer.
Il est à souligner que les tendances démographiques révélées dans ce rapport varient d’un pays à l’autre. C’est le cas au Maroc où le taux national de fécondité en nombre d’enfants par femme devait connaître une baisse progressive dans les trois prochaines décennies pour se situer autour de 2,5%, soit au-dessous du taux mondial. 
Si les prévisions actuelles indiquent une progression de la population du Maroc, qui atteindra  42.884.000 habitants en 2050 contre 39.190.000 en 2030, en revanche, le nombre d’enfants de moins de 5 ans devait enregistrer une légère baisse, passant de 3.009.000 en 2030 à 2.872.000 en 2050.
Selon les données réunies dans ce rapport, la population des adolescents sera de l’ordre de 6.967.000 en 2030 contre 5.706.000 en 2050. Alors que celle des enfants de moins de 18 ans s’établira à 11.774.000 en 2030 contre 10.341.000 en 2050. Au regard de ces données, le nombre d’enfants de moins de 18 ans représentera 33,1% de la population totale.
Concernant le nombre de naissances, le rapport fait état de 602.000 naissances en 2030 contre 574.000 en 2050. Par contre, le nombre de naissances cumulées devait connaître une légère hausse passant de 10.591.000 en 2030 à 11.780.000 en 2050.
Le taux de fécondité (moyenne sur 5 ans, enfants par femme) sera de l’ordre de 2,2 entre 2030 et 2035. Elle baissera à 2  entre 2045 et 2050.
Enfin, le rapport note également que la population résidant en zone urbaine représentera 67% de l’ensemble en 2030 contre 74% en 2050.
A propos du baby-boom massif que connaîtra le continent, l’Unicef note que ce phénomène exige une attention particulière et des investissements. Elle estime que cette croissance soulève plusieurs grandes questions politiques concernant les implications de la démographie enfantine africaine pour le continent et pour le monde entier.
Ainsi, préconise-t-elle, qu’il sera essentiel d’investir en faveur des enfants pour permettre à l’Afrique de garantir le respect des droits de sa population enfantine en constante augmentation et de tirer profit du dividende démographique potentiel.
En effet, « si on investit dans des dispositifs de santé, d’éducation, de protection et de participation élargis et améliorés, ce milliard d’enfants et leurs prédécesseurs, c’est-à-dire les enfants d’aujourd’hui et de demain, auront les moyens de transformer le continent en rompant les cycles de pauvreté et d’inégalité vieux de plusieurs siècles. En outre, l’Afrique pourrait bénéficier des énormes avantages économiques potentiels qu’ont connus d’autres régions et pays lorsque la structure de leur pyramide des âges aura évolué, grâce à la réduction des ratios de dépendance et à l’augmentation de la population active ».
Dans ce cadre, il est essentiel d’investir en faveur des filles et des femmes, notamment dans les domaines de la santé reproductive et de l’éducation, et de lutter contre les mariages d’enfants, conclut l’Unicef.

Alain Bouithy
Samedi 16 Août 2014

Lu 1309 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs