Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La plage d’Essaouira prise d’assaut par les parasols du privé





Les estivants sont censés être égaux et avoir les mêmes droits, qu’ils soient clients d’hôtels ou non



Labélisée «Pavillon Bleu» pour la onzième année consécutive, la plage d’Essaouira connaît cette saison une occupation abusive de son espace, envahi par des parasols des établissements hôteliers.
Sur autorisation du conseil municipal d’Essaouira, vivement contestée et désapprouvée par la direction provinciale du ministère de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, certains établissements hôteliers de la place occupent désormais plusieurs centaines de mètres le long de la plage labélisée «Pavillon Bleu» d’Essaouira.
Une usurpation irresponsable et incivique mal considérée par de nombreux estivants et les différents acteurs locaux qui voient d’un mauvais œil certaines décisions prises à des fins électoralistes. 
«La plage appartient à tout le monde. Les estivants sont égaux et ont ainsi les mêmes droits, qu’ils soient clients d’hôtels ou non. Rien ne justifie alors la réservation d’une partie de la plage à une certaine catégorie d’estivants et en priver d’autres», s’indigne un vacancier marocain résidant à l’étranger.
Ce privilège n’est plus seulement réservé aux hôtels classés situés à l’arrière-plage et occupant pourtant un espace sur la corniche. Certains établissements hôteliers situés à l’ancienne médina, donc loin de la plage,  implantent leurs parasols, à leur tour, sur la plage au profit de leur propre clientèle.
Mais les prix de ce bain de soleil, librement fixés par les opérateurs hôteliers, restent inabordables pour le grand public.
Il est à signaler qu’aucun groupement régional d'intérêt touristique (GRIT) n’a contribué ni de près ni de loin à l’amélioration et à l’entretien des structures d’accueil et des services de base de la plage, encore moins au nettoyage du sable assuré depuis plusieurs années par le sponsor officiel du programme «Plages Propres».
Harmonieusement aménagée pour offrir à ses visiteurs un cadre collectif,  équipé et intégré dans son environnement naturel, la plage d’Essaouira subit au quotidien une pollution insupportable et une invasion encombrante de dizaines de parasols appartenant à des établissements hôteliers.
Il est à rappeler que le pavillon bleu a été hissé, jeudi 16 juillet dernier, sur la plage de Mogador lors d’une cérémonie officielle présidée par Jamal Mokhtar, gouverneur d’Essaouira, en présence de différents intervenants locaux.  


Abdelali Khallad
Mardi 4 Août 2015

Lu 811 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs