Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La milice internaute du PJD fait feu de tout bois

Le virtuel pour louer des réalisations trop virtuelles




Une campagne électorale anticipée et sournoise en prévision des prochaines élections ? Assurément. Ce qui se passe actuellement sur les réseaux sociaux y ressemble, en effet, comme deux gouttes d’eau. Profitant de l’anonymat qu’offre Internet, des affidés du PJD avancent à visages masqués et sous d’incongrus pseudonymes pour squatter la Toile et distiller un poison dont les Marocains ont testé les méfaits depuis l’investiture du gouvernement Benkirane. Faisant le panégyrique de soi-disant réalisations de l’Exécutif, ils n’osent néanmoins pas les assumer, mais ils se trahissent et trahissent l’identité de leurs commanditaires. La liste qu’ils présentent aux internautes comme concoctée par eux a été certainement dressée par des officines de propagande officielles. Ils la diffusent en violation de la loi interdisant la diffusion de tout message à des fins de propagande électorale sauf au moment prescrit. Cependant, personne n'est dupe et tout le monde sait pertinemment que le parti de la Lampe viole allégrement celle-ci puisqu’il s'est bel et bien lancé dans une campagne électorale anticipée et qu’il se permet de véhiculer tout genre de discours, par n’importe quel moyen, pour discréditer ses adversaires politiques. Mais pareille tâche paraît d’autant plus délicate du fait que ce parti n’a aucune identité idéologique qui le différencie des autres acteurs de la scène politique marocaine, ni  de discours qui l’en démarque et qu’il manque,  a fortiori, d’un ancrage social et géographique patent ainsi que d’une élite éclairée et porteuse d’un projet sociétal autre que rétrograde. Les derniers scandales ayant trait à la moralité douteuse de certains membres de ce parti relayés par les médias et la mauvaise gestion du gouvernement ont fini par enraciner l’idée que le PJD est une formation politique très médiocre et fort pernicieuse.
Si au nom de la liberté de communication, les candidats à l’élection où les partis politiques peuvent librement créer des sites Internet ou investir les réseaux sociaux pour diffuser leurs messages, il n’en demeure pas moins que leurs campagnes électorales doivent être initiées conformément au calendrier fixé par la loi. Ce que font actuellement les affidés du PJD est donc totalement illégal. En outre, ce n’est pas avec des messages violents au registre lexical brutal et un esprit retors incapable de contenir sa démesure qu’ils parviendront à redorer le blason de ce parti dont les dirigeants sentent assurément que le vent est en train de tourner en leur défaveur.

M.O
Mardi 11 Août 2015

Lu 764 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs