Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La liquidation judiciaire de la SAMIR risque de faire de Mohammédia une ville sinistrée

Le gouvernement Benkirane doit honorer la promesse qu’il a faite aux employés de la raffinerie




La Cour d’appel du tribunal de commerce de Casablanca s’est prononcée en défaveur de la Société anonyme marocaine de l'industrie du raffinage (SAMIR), filiale du groupe saoudien Corral, appartenant à l’entrepreneur Mohammed Hussein Al-Amoudi.
Le jugement de sa liquidation judiciaire au lieu de son redressement judiciaire est tombé sans surprise certes, mais non sans apporter son lot de conséquences affligeantes…En clair, la raffinerie de Mohammédia était à l’agonie, les créanciers dans l’embarras et les salariés plus que dans le pétrin.
Somme toute, le management de cette entreprise a contracté des dettes à profusion la mettant dans une situation des plus critiques. En effet, la somme due se chiffre à au moins 43 milliards de dirhams (MMDH). Dans le détail, la SAMIR s’est endettée jusqu’au cou auprès des banques marocaines et internationales avec un coquet montant qui dépasse les 20 MMDH, dont la majeur partie a été injectée par le Groupe Banque centrale populaire. Mais ce n’est pas tout. Les arriérés de la raffinerie s’élèvent à 13 MMDH auprès de la douane et du fisc. Le reste de ce que l’entreprise doit est assurément réparti entre les différents fournisseurs et obligataires…
Quoi qu’il en soit, d’aucun sait pertinemment que l’Etat étant le créancier de première main, les avoirs tirés de la liquidation de cette raffinerie lui profiteront en premier et le reliquat, s’il y en  aura, passera par ordre de priorité aux autres créanciers.
Disons-le tout net, le parent pauvre dans cette malheureuse histoire sera l’employé qui a trimé dur pour que cette entreprise puisse créer de la richesse. En effet, ce qui est avéré est que cette société qui a fait faillite n’a pas été sommée par décision de justice de régler le solde de tout compte de son personnel officiellement estimé par la SAMIR à près de 1200 employés directs. C’est dire que ces derniers vont, éventuellement, être sacrifiés sur l’autel d’une mauvaise gestion et d’un gouvernement pjdiste qui n’a fait que tirer des plans sur la comète tout en faisant de fausses promesses depuis le début de la crise.   Ceux qui ont la mémoire longue se souviennent aisément qu’au lendemain d’une récente réunion du Conseil de gouvernement, Benkirane avait déclaré que son gouvernement « ne céderait à aucune pression, marchandage ou chantage » et qu'il s'emploiera à garantir et à préserver les droits de l'Etat en la matière et à sauvegarder les droits des employés conformément à la loi».
Qu’en sera-t-il aujourd’hui ? C’est le wait and see qui prévaut.

Meyssoune Belmaza
Vendredi 3 Juin 2016

Lu 1797 fois


1.Posté par Hamid le 03/06/2016 00:01
Précisons que la valeur de liquidition de la Samir sera très en deça d'une vente à des conditions normales. Les actifs de la samir trouveront difficilement preneur car il sagit pour beaucoup d'actif spécifiques et donc il n'est même pas garantie que la vente des actifs suffira à régler les créances séniors de l'état. D'autre part , il faudra démenteller les instalations non vendues , qui s'en chagera? Ou alors laissera t'on cela en l'état? Mais ce qui m'éttone le plus dans cette affaire c'est l'absence d'intevention des commissaires aux comptes qui auraient du tirer la sonnet d'alarme depuis bien longtemps. En effet, un tel taux d'endettement est synonime d'insolvabilité et donc de cessation de paiement à bref écheance. Enfin ou est passé l'argent emprunté auprès des nombreuses banques? Qu'en on fait ses dirigeants incompétents ? Les investisseurs saoudiens lorsqu'ils achètent des sociétés étrangeres engagent toujours des dirigeants très compétents pour les diriger. Un tel niveau de management relève bien plus que de la simple incompétence. en ce qui me concerne cela relève d'une escrocerie visant à détourner les actifs financiers et laisser la société faire faillite au grand dame des banques , des salariés et de l'état marocain. Le propriétaire saoudien sait qu'il n'a pas grand chose à craindre car justement de nationalité saoudienne.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs