Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La grande évasion n’a pas eu lieu


Des renforts et des tirs pour empêcher une mutinerie au pénitencier casablancais de Oukacha



C’est une première dans les annales des prisons marocaines : une mutinerie eu lieu à la prison de Oukacha à Casablanca. 
Des pensionnaires du Centre de rééducation ont, en effet, tenté jeudi après-midi, de s’évader après avoir provoqué un incendie. Neuf personnes ont été asphyxiées et transférées à l’Hôpital Mohammed V de Hay Mohammadi pour y recevoir les soins nécessaires.



 

Selon un communiqué de la Direction générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), « un plan prémédité » a été « fomenté et exécuté par les meneurs de cette mutinerie ». Les mutins « ont incendié, à dessein, quelques matelas pour répandre la fumée et pousser les fonctionnaires à intervenir, et ce en vue de les attaquer et par la suite de sortir du Centre. Ils ont, par ailleurs, tenté d’ouvrir la porte en bois où sont stockées  les armes, mais cette tentative a échoué vu qu’ils ne sont pas parvenus à défoncer la porte ».

Les mutins sont, par la suite, sortis du centre et ont incendié un véhicule de transport des détenus. Les voitures de quelques fonctionnaires  et les équipements dudit centre ont été également endommagés. Lors de cette tentative d’évasion, des fonctionnaires de cet établissement pénitentiaire ont été blessés.
Devant la gravité de la situation et face à l’incapacité des forces sécuritaires de la prison de Oukacha de venir à bout de cette insurrection, il a fallu demander l’intervention des forces d’intervention rapide et procéder, entre autres, à des tirs de sommation pour la faire avorter.

Le communiqué de presse de la DGAPR n’a néanmoins pas précisé s’il y avait eu des arrestations à la suite de cette tentative, mais il s’est contenté d’affirmer qu’il allait dépêcher « une commission centrale d’enquête pour identifier les personnes qui ont fomenté cette mutinerie,  prendre les mesures légales nécessaires à leur encontre et les déférer devant la justice ».
Selon certaines sources, la police enquêterait encore avec plusieurs pensionnaires pour déterminer les causes et identifier les meneurs de cette mutinerie, alors que d’autres détenus auraient été transférés vers d’autres centres de rééducation.

Contacté par Libé, une source de l'Observatoire marocain des prisons (OMP) nous a affirmé que cette tentative d’évasion ressemblait à une autre survenue  il y quelques années dans un autre centre de rééducation. 
Selon la même source, il s’agit d’une tentative d’évasion collective qui nécessite  logiquement qu’un plan soit minutieusement préparé par quelques détenus.
Mais elle  a souligné qu’il était prématuré de tirer des conclusions avant de connaître les dessous de cette affaire. 
La même source a également souligné que le bureau exécutif de l’OMP allait créer, dans les prochains jours, une commission d’enquête sur ces incidents au cours desquels  28 policiers et 9 détenus ont été blessés, dont l’un se trouve même dans un état grave.

T. Mourad
Samedi 30 Juillet 2016

Lu 1842 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs