Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La gestion communale, cette inconnue pour les Marocains

Un sondage de la Fondation Bouabid indique que les citoyens ne se sentent pas concernés par les prochaines élections




La gestion communale, cette inconnue pour les Marocains
C’est un sondage qui fait mal à la gestion communale. A quelques mois à peine du scrutin local, les Marocains détournent le regard de cette élection. La campagne pour l’inscription sur les listes électorales a bien commencé. Et visiblement, elle n’a pas encore convaincu. Le sondage effectué par Averty.ma et la Fondation Abderrahim Bouabid sur un échantillon représentatif de 1038 personnes indique que près de 56% des personnes interrogées n’iront pas voter ou ne savent pas si elles le feront (27,2% des sondés ne voteront pas et 28,5% ne savent pas s’ils suivront le chemin des urnes). Les choses se compliquent davantage lorsqu’on est femme et/ou jeune. Ces deux catégories de la population sont encore plus promptes à ne pas se sentir concernées par l’action politique et à vouloir bouder les prochaines élections. Pas question d’aller voter pour les 18-24 ans. Ils sont 64% à le déclarer haut et fort. Et environ 18% d’entre eux ne savent pas s’ils vont répondre à l’appel à l’inscription sur les listes électorales, une opération ayant encore du mal à démarrer et qui va se poursuivre jusqu‘au 19 février prochain.
Chez les 25-34 ans, le scepticisme est perceptible. Près de 24% d’entre eux n’ont pas encore pris de décision quant à leur inscription sur les listes électorales. Leur participation aux prochaines élections communales est par conséquent plus que jamais hypothétique puisque tributaire de l’acte de s’inscrire. D’ailleurs, et il s’agit d’un indicateur fort du déficit de confiance dans la chose politique, 29% des interrogés dans le cadre de ce sondage commandé par la Fondation Bouabid ne connaissent pas la date du scrutin communal. Et un peu plus de 40% d’entre eux ignorent la date des prochaines élections législatives qui doivent avoir lieu en 2016.
La désaffection est désormais un acteur du paysage politique. 83% des sondés ne sont pas affiliés à un parti. Un chiffre qui sonne comme un cinglant démenti aux déclarations tonitruantes des islamistes au pouvoir et selon lesquelles le PJD aurait réconcilié les Marocains avec l’action politique. Ils sont presque 65% à se déclarer insatisfaits du bilan des conseils communaux.

Très peu connaissent
l’identité de leur président
de commune

La gestion communale, cette inconnue pour les Marocains… 38,7% ne savent pas qui détient le pouvoir de décision à l’échelle locale. Ils sont près de 35% à penser dur comme fer qu’un tel pouvoir est entre les mains du wali, du gouverneur et du caïd. Inexistante, la sensibilisation à la chose communale se pose avec d’autant plus de force que la commune et la région ont de nouveaux pouvoirs conférés par la Constitution adoptée en 2011. Les communes ont mal à leur image.
Mais pas seulement. Les présidents de communes sont fermement invités à communiquer pour mieux se faire connaître. Toujours selon ce sondage consacré aux prochaines élections municipales, la grande majorité des Marocains ne connaît pas l’identité du président du conseil de leur ville. En fait, seuls 19,7% des sondés sont à même de décliner l’identité de l’élu qui préside aux destinées de leur commune.
Les élections communales seront-elles ce moment fort où les citoyens de ce pays consacreront la démocratie locale? Pas sûr. Si 47% des sondés affirment qu’ils iront voter par civisme, presque autant (45,9% des personnes interrogées) pensent que les candidats sont «corrompus». Il reste enfin la conscience vive des électeurs. Ils sont près de 53% à affirmer que l’honnêteté des candidats à un mandat communal est leur principal critère de vote alors que 49% recherchent d’abord la compétence chez ceux et celles qui les représenteront.

Narjis Rerhaye
Mardi 13 Janvier 2015

Lu 804 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs