Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La énième interpellation de Lahcen Daoudi sur la nomination des recteurs




La énième interpellation de Lahcen Daoudi sur la nomination des recteurs
Un candidat au concours de recteur, pour un poste vacant à la Faculté des sciences techniques d’Errachidia, demande des explications à Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur. Moha Hajar, professeur de l’Enseignement à la même Faculté, avait, en effet, postulé pour ce poste. Il s’est classé premier, selon la commission d’experts nommée par le ministre, sur proposition du président de l’Université My Ismaïl.
Dans une lettre ouverte adressée au ministre, Moha Hajjar estime qu’il a été «disqualifié et écarté de façon obscure lors de ce concours». Sans ambages, le professeur appelle à ce que les choses soient clarifiées. «Je demande, Monsieur le ministre, qu’une argumentation me soit fournie au sujet de mon élimination du poste de doyen de la FSTE, et qui devait me revenir en toute logique, s’il n’y avait pas un facteur déterminant et de poids pour dévier la désignation de la voie de la rectitude … », écrit l’universitaire.
Et d’ajouter : «La commission de sélection est celle-là même qui a traité (à un jour de délai près) le concours de nomination du directeur de l’ENSAM (Meknès) ; les qualités de cette commission ne sauraient donc être remises en question. 
La nomination du directeur de l’ENSAM étant basée strictement et exclusivement sur les travaux de cette commission», avant de réclamer d’avancer des arguments «à même de convaincre par démonstration le scientifique universitaire mathématicien que je suis».Le candidat au poste de recteur rappelle au ministre qu’il dispose d’un casier judiciaire vierge, qu’il n’a «à ce jour encouru aucune condamnation qu’elle soit par les tribunaux du pays et d’ailleurs … ni fait l’objet d’une sanction par aucun conseil de discipline, ni même traduit devant une telle instance».
Et pour conclure, Moha Hajjar interpelle directement le ministre : « Le candidat classé quatrième connaît les raisons de son élimination du poste. En effet, son nom n'est pas parvenu au ministère conformément à la loi (les trois premiers sont retenus).
Le candidat classé troisième sait qu'en absence de raison majeure, il ne peut pas être nommé à la place du candidat classé premier ainsi que du deuxième. Celui-ci connaît parfaitement les raisons qui ont mené à sa nomination comme doyen de la FSTE. Il sait comme tout le monde d'ailleurs et sans doute un peu mieux, que ce sont des facteurs politiques partisans et extra-professionnels qui ont contribué au choix surprenant de son nom… «Je reste donc le seul parmi les quatre candidats à ignorer les raisons ayant abouti à ce résultat. Moi dont le classement par la commission d’experts plaçait la nomination en tête des probabilités, je me retrouve en fin de liste, en termes de transparence de ma situation!», explicite-t-il.
Pour rappel, le ministre avait dans un passé récent écarté le classement de la commission scientifique, ce qui a suscité beaucoup de remous et craintes quant à l’intervention de facteurs extra-professionnels sinon à des allégeances partisanes.   


M-E
Mardi 15 Juillet 2014

Lu 1916 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs