Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La crise migratoire ressuscite le projet d'une garde-côte européenne

Frontex va voir ses ressources renforcées l'an prochain




Des Allemands et des Français surveillant les côtes grecques sur un même bateau battant pavillon étoilé? Le projet d'une garde-côte européenne a refait surface face à l'afflux chaotique de migrants, mais il suscite le scepticisme d'experts.
 Le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, y a fait référence dans un court passage de son discours fleuve devant les eurodéputés début septembre, reprenant un projet indissociable de l'espace Schengen: "Nous proposerons avant la fin de l'année des mesures ambitieuses en vue de mettre en place un corps européen de garde-frontières et de garde-côtes".
 "L'objectif est que des équipes multinationales de garde-frontières surveillent les frontières extérieures de l'UE", a précisé le commissaire chargé des migrations, Dimitris Avramopoulos, évoquant la possibilité de voir des Allemands et des Grecs surveillant "ensemble" les côtes grecques ou italiennes.
 Pour la Commission, il s'agit de l'un des instruments à mobiliser pour que l'UE reprenne la maîtrise de ses confins, et notamment de ses 44.000 kilomètres de frontières maritimes. Mais comment améliorerait-il la situation? A quel horizon serait-il mis en place, avec quels moyens? Interrogé par l'AFP, l'exécutif européen n'a pas souhaité être plus précis à ce stade.
 "C'est un sujet sensible: tout le monde est d'accord pour en parler, mais ça coince quand on entre dans le détail, parce que ça touche à la souveraineté des Etats", explique une source européenne.
 Le rétablissement provisoire de contrôles aux frontières intérieures de l'espace Schengen a mis au jour la confiance ébranlée des Etats membres en leurs frontières extérieures, qui relèvent de la responsabilité des pays situés aux marches de l'UE.
 L'agence européenne Frontex, dont la mission de coordonner leur action en la matière, va voir ses ressources renforcées l'an prochain. Elle peut déjà envoyer des agents sur le terrain, dans le cadre d'équipes d'experts, mais avec des prérogatives très encadrées.
 "Je demande la mise en place d'une supervision des garde-côtes européens depuis 2010, mais à l'époque, tout le monde me riait au nez", observe le député européen Alain Cadec (PPE, droite), qui se réjouit de voir le vent tourner.
 "Aujourd'hui, quand on passe de l'espace maritime d'un pays à celui d'un autre, c'est compliqué", rappelle-t-il, plaidant pour une meilleure coordination des agences européennes concernées avec "les plus de 300 entités" impliquées dans les Etats membres.
"Si un hélicoptère sort en mer pour faire du contrôle de la pêche illicite, et qu'il voit un bateau de migrants, il doit pouvoir envoyer directement l'information à Frontex, ce n'est pas le cas aujourd'hui", note M. Cadec, qui "rêve", à long terme, d'une garde-côte "sous pavillon européen".
"Si on entend par là des bateaux armés avec des garde-côtes qui seraient des fonctionnaires européens, commandés par la Commission, cela n'a aucune chance de voir le jour", estime Axel Dyèvre, du bureau bruxellois de la Compagnie européenne d'Intelligence stratégique (CEIS).
La diversité des situations nationales en mer n'est pas le moindre des obstacles, selon lui. La protection des frontières, mais aussi de l'environnement maritime, la surveillance des pêches, les douanes: ces fonctions sont plus ou moins éclatées dans les Etats, faisant intervenir tantôt des civils, tantôt la Marine, ou les deux.
"On pourra aller au mieux vers une harmonisation des moyens, des procédures, peut-être des achats groupés de matériel, des missions conjointes", avance M. Dyèvre.

Samedi 3 Octobre 2015

Lu 529 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs