Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La crise des réfugiés au cœur de la Berlinale




Invitations aux projections pour les réfugiés, projets humanitaires et message de tolérance: le directeur de la Berlinale Dieter Kosslick a prévu de placer au cœur du Festival du film de Berlin l'accueil des migrants en Allemagne. Dans un entretien à l'AFP, M. Kosslick a affirmé qu’il a pour ambition de faire de cette 66ème édition (11-21 février) un modèle de solidarité et d'intégration dans un pays confronté aux défis qu'engendre l'arrivée d'un million de migrants.
Leçon d'histoire d'abord, le responsable rappelle que l'évènement cinématographique, depuis sa création en 1951 six ans après la défaite nazie, a toujours voulu assumer un rôle social à travers une programmation éclectique et ouverte au public. «Alors qu'à l'époque beaucoup d'Allemands étaient réfugiés (de la guerre), le festival a été fondé pour bâtir via la culture un peu d'entente au sein de la société et entre les nations», dit-il.
Cette même mission est plus d'actualité que jamais. Et pour que les Allemands côtoient les réfugiés et que ceux-ci sortent de leur pénible quotidien d'attente et d'ennui, un millier de billets de la Berlinale, peut-être plus, seront réservés aux migrants. Une buvette tenue par des réfugiés et vendant de la nourriture du Moyen-Orient sera à la disposition des festivaliers et une collecte sera organisée en faveur d'associations lors du gala d'ouverture de ce festival dont le jury sera présidé par Meryl Streep. «Il est temps que tous se comprennent, fassent preuve de tolérance, s'acceptent les uns les autres et le démontrent via les films qu'on  présentera», explique aussi M. Kosslick. «A la Berlinale nous pouvons montrer aux gens combien c'est excitant et harmonieux de passer dix jours en compagnie de migrants, de gens d'autres pays», a-t-il assuré. «Nous avons besoin de nous confronter à la réalité autour de nous et pas  seulement de rigoler sur le tapis rouge», insiste M. Kosslick. Pour le critique du quotidien berlinois Tagesspiegel, Jan Schulz-Ojala qui suit la Berlinale depuis 20 ans, le festival arrive au bon moment. «On assiste à un repli par rapport à l'accueil des réfugiés en Allemagne et  à une montée des groupes d'extrême-droite», dit-il dit à l'AFP.
«La Berlinale a la possibilité d'aborder le problème avec un angle différent (...) et l'art du cinéma peut aider à lutter contre les réactions fondées sur les préjugés», espère-t-il.

Mardi 9 Février 2016

Lu 1354 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs