Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La coalition frappe un complexe gazier tenu par l'EI


La Turquie s’apprête à rejoindre la coalition



La coalition frappe un  complexe gazier tenu par l'EI
 
La coalition menée par Washington a frappé dans la nuit de dimanche à lundi un complexe gazier syrien contrôlé par les jihadistes de l'Etat islamique, selon une ONG, tandis que la branche syrienne d'Al-Qaïda menace l'Occident de représailles.
L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), ONG proche de l'opposition syrienne, a annoncé que les forces de la coalition avaient attaqué pour la première fois un complexe gazier situé dans l'est de la Syrie, dans la province de Deir Ezzor, proche de la frontière irakienne et riche en hydrocarbures.
L'usine Coneco, qui est "sous le contrôle de l'EI", est "la plus grande de Syrie", a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahman.
 Selon lui, l'attaque visait à pousser les hommes de l'EI à abandonner ce complexe gazier, et elle "n'a pas fait de morts chez les jihadistes, mais quelques blessés".
 Les Etats-Unis et un groupe de pays arabes, principalement du Golfe, ont commencé le 23 septembre à mener des frappes aériennes contre des positions jihadistes en Syrie, un mois et demi après le début, le 8 août, des attaques américaines contre l'EI dans l'Irak voisin.
Par des attaques comme la dernière en date, la coalition veut tarir la principale source de financement des jihadistes, qui vendent en contrebande les hydrocarbures des installations dont ils ont pris le contrôle.
Dans la journée de dimanche, les raids aériens ont ainsi pris pour cible quatre raffineries de taille moyenne, ainsi que le centre de commandement de l'EI près de Raqa, dans le nord de la Syrie, selon le commandement américain chargé du Moyen-Orient (Centcom).
Au moment où les frappes de la coalition se multiplient, le chef du Front al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, a menacé d'attaques de représailles les populations des pays occidentaux engagés dans la coalition.
 C'était la première fois que le chef d'Al-Nosra, Abou Mohammad al-Joulani, s'exprimait publiquement depuis le début des frappes contre son groupe et contre l'EI.
 Dans un enregistrement sonore diffusé sur Internet, il a appelé les peuples "d'Amérique et d'Europe" à s'opposer à leurs gouvernements et les a menacés de "déplacer la bataille" jusque dans leurs "foyers". "Vos dirigeants ne paieront pas seuls le prix de la guerre, vous allez payer le prix fort", a prévenu le chef d'Al-Nosra.
 "Qu'avez-vous gagné de votre guerre contre les musulmans et les jihadistes, si ce n'est les tragédies et les douleurs qui se sont abattues sur vos pays et vos enfants?", a lancé le chef jihadiste, se référant aux soldats occidentaux tués en Irak et en Afghanistan et aux civils qui ont péri dans les attentats du 11-Septembre.
Samedi déjà, un porte-parole d'Al-Nosra avait menacé de représailles "dans le monde entier" les pays de la coalition, qualifiant leurs opérations de "guerre contre l'islam" et fustigeant un "axe du mal" dirigé par "le pays des cowboys".
 

AFP
Mardi 30 Septembre 2014

Lu 390 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs