Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La campagne électorale a enregistré un léger mieux : Il reste beaucoup à faire

L’issue du vote permettra-t-elle de sortir de l’ornière ?




Les électeurs se sont rendus vendredi aux urnes pour accomplir leur devoir citoyen. 15.702.592 Marocains étaient ainsi appelés à voter pour choisir entre les 6.992 candidats et 1.385 listes en lice pour les 395 sièges de la Chambre des représentants.  28 partis politiques sont, à cet effet, entrés en concurrence depuis le 24 septembre dernier pour présenter leurs programmes  en matière d’éduction, de santé, d’infrastructures, etc. Utilisation des dernières technologies de communication, porte-à-porte,… tous les moyens ont été mis en œuvre pour convaincre les électeurs. Pourtant, malgré l’évolution constatée en matière de communication et de marketing politique, la campagne électorale 2016 n’a pas fait l’exception et a ressemblé, dans nombre d’aspects, aux précédentes.
« La campagne électorale pour le scrutin du 7 octobre s’est généralement déroulée dans de bonnes conditions. On a même constaté un hausse du nombre de rassemblements électoraux et du taux de participation à ces meetings par rapport aux élections communales et régionales de 2015 malgré les différences des enjeux entre les deux scrutins», nous a déclaré Said Khomri, professeur de droit public. 
Pour lui, trois observations s’imposent à cet effet.
Premièrement, tous les partis politiques n’ont pas mené le même genre de campagnes au niveau qualitatif ou des moyens mis en œuvre.
Deuxièmement, ces campagnes ont été marquées, à quelques exceptions près, par une déficience en matière de mise en avant du volet politique des programmes électoraux.  « Les partis politiques ont pris conscience du rôle et de l’importance  de l’utilisation des nouveaux médias et technologies. Ils ont même fait appel à des sociétés de communication et de marketing pour superviser leurs campagnes. Mais, cette mutation au niveau de la gestion de leur image a occulté l’essentiel, à savoir le discours politique.  Malheureusement,  cette campagne a, en effet, été axée plutôt sur les candidats eux-mêmes ainsi que sur l’échange réciproque d’accusations», nous a-t-il expliqué.
Troisièmement, les programmes électoraux ont été bien élaborés et des propositions sérieuses ont vu le jour donnant aux citoyens le choix de voter pour des formations politiques qui militent pour la continuité des réformes entreprises ou celles qui offrent de nouvelles alternatives.  « Il y a eu une diversité des offres et des mesures proposées. Certains programmes  ont été réalistes et concrets   et d’autres chimériques  et éloignés des réalités. Certains partis se sont même contentés de faire du copier-coller de leurs anciens programmes », nous a précisé notre source.
Pourtant, Said Khomri est catégorique : «  Il est vrai qu’il y a une mutation au niveau des méthodes et de  la qualité. Il est vrai également que la campagne a été gérée  professionnellement et rationnellement. Mais, il n’en demeure pas moins qu’on se trouve encore face à la même culture politique et aux  mêmes approches. Prenez l’exemple des slogans scandés ou des discours prononcés, ils ont été presque identiques à ceux que nous avons déjà entendus ».
Notre source a également estimé que les élections du 7 octobre ont représenté un véritable enjeu pour l’avenir du pays. « On est dans une phase fondatrice dont les leviers n’ont pas été tous exploités  et l’enjeu crucial de ce scrutin a été de poursuivre  la consolidation de cette étape car, malgré la promulgation des lois organiques et d’autres textes de lois, l’opérationnalisation de ceux-ci reste bloquée », a-t-il dit. Et de conclure : « Il n’y a pas eu de débats sous l’actuel gouvernement sur le contenu de ces textes. Les méthodes et approches ainsi que l’implication des différents partenaires ont, en effet, été pointées du doigt. En fait, le gouvernement a opté pour des dialogues téléguidés ou plutôt des monologues. L’approche participative fait bonne figure mais uniquement dans le texte de la Constitution et pas au niveau de l’action gouvernementale ».



 

Hassan Bentaleb
Samedi 8 Octobre 2016

Lu 1147 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs