Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La belle cote de popularité du bobsleigh à deux jamaïcain n’en déteint pas d’un iota

L’équipage s’est familiarisé avec la piste olympique à Sotchi




La belle cote de popularité du bobsleigh  à deux jamaïcain n’en déteint pas d’un iota
L'équipage jamaïcain qualifié pour l'épreuve de bobsleigh à deux des JO-2014 a découvert jeudi la piste olympique après avoir récupéré dans la nuit ses bagages égarées, non sans une nouvelle péripétie digne des célèbres Rasta Rocketts.
Winston Watts, le pilote de 46 ans vétéran des précédentes campagnes olympiques hivernales de son pays, et Marvin Dixon ont fait connaissance avec le Centre des sports de glisse de Sanki.
"Notre première descente était un petit peu fébrile, car nous découvriions complètement la piste et nous étions stressés", a expliqué Watts qui appartenait au dernier équipage jamaïcain, en 2002 à Salt Lake City, à avoir participé aux JO. "La seconde descente s'est beaucoup, beaucoup mieux déroulée, nous sommes heureux et fiers d'être là", a-t-il raconté.
Leur participation à ce premier entraînement était pourtant loin d'être assurée puiqu'ils sont arrivés la veille au village olympique sans bagages. Perdus entre les Etats-Unis où ils s'entraînent et la Russie, les bagages contenant leurs casques, combinaisons, pointes et les très précieuses lames, ont finalement été retrouvés et rapportés à leurs propriétaires dans la nuit par le comité d'organisation. Mais une nouvelle mauvaise surprise les attendait.
Depuis leur qualification pour Sotchi, Watts et Dixon surfent sur une vague de popularité sur les réseaux sociaux qui leur a permis de financer leur aventure olympique. A tel point qu'ils ont dû lancer un appel pour que leurs supporteurs arrêtent de leur envoyer des fonds après avoir récolté 80.000 dollars (60.000 euros).
"Les dons n'arrêtaient pas de tomber et de tomber, on a dû tout arrêter, car nous ne voulions pas que les gens pensent que nous étions intéressés par l'argent", a reconnu Watts. Mais la version 2014 des Rasta Rockett --en référence au premier équipage jamaïcain à participer aux JO d'hiver en 1988 à Calgary-- sait très bien faire parler d'elle.
Watts rêve maintenant de convaincre son compatriote Usain Bolt, sextuple champion olympique et référence mondiale du sprint, de les rejoindre pour leur prochain défi olympique.
"Nous, les Jamaïcains, nous avons l'homme le plus rapide (...) Il pourrait faire un excellent pousseur, mais le seul problème avec lui, c'est qu'il n'aime pas le froid", a conclu Watts. 
 

AFP
Samedi 8 Février 2014

Lu 486 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs