Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Turquie abat un avion militaire russe

Moscou affirme que son Su-24 n’a pas quitté l’espace syrien




L'avion de combat Su-24 abattu par l'aviation turque appartient à l'armée russe mais n'a jamais quitté l'espace aérien syrien, a annoncé mardi le ministère russe de la Défense alors que la Turquie affirme que l'appareil a violé son espace aérien.
 Il s'agit du premier avion russe abattu depuis le début de l'intervention militaire de Moscou en Syrie, commencée le 30 septembre à la demande du régime de Damas dont la Russie est un fidèle allié.
 "Aujourd'hui, sur le territoire syrien, à cause de tirs présumés venant du sol, un avion Su-24 appartenant aux forces aériennes russes déployés en Syrie, s'est écrasé", a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué.  Il "se trouvait exclusivement dans l'espace aérien syrien", a souligné l'armée russe alors que des sources à la présidence turque ont affirmé que l'avion avait "été abattu conformément aux règles d'engagement après avoir violé l'espace aérien turc malgré les avertissements".
"Le sort des pilotes reste à définir. Selon les premières informations, les pilotes ont réussi à s'éjecter", a précisé le ministère russe de la Défense.
 L'un des deux pilotes de l'avion russe abattu mardi par la Turquie à la frontière syrienne a été capturé par des rebelles syriens, a rapporté la chaîne de télévision turque CNN-Türk.
 Le pilote a été capturé par des rebelles syriens turkmènes qui combattent le régime de Bachar al-Assad dans les montagnes proches de la frontière turque, en face de la province de Hatay (sud de la Turquie), selon cette source.
 Lorsqu'il a été touché par des tirs, l'appareil se trouvait à 6.000 mètres, selon le ministère russe. "Les circonstances de la chute de l'avion sont en train d'être déterminées", a-t-il ajouté.
Peu après avoir annoncé avoir abattu l'avion russe, la Turquie a décidé de saisir l'ONU et l'Otan, dont elle est membre.
 Depuis le début de l'intervention militaire russe aux côtés du régime du président Bachar al-Assad fin septembre, les incidents de frontière se sont multipliés entre Ankara et Moscou.
 Le 3 octobre dernier, des chasseurs turcs avaient intercepté un avion militaire russe engagé en Syrie qui avait violé leur espace aérien et l'avaient forcé à faire demi-tour. Moscou avait alors mis en cause les "mauvaises conditions météo".
 L'armée turque avait également abattu le 16 octobre un drone de "fabrication russe" qui avait pénétré dans le ciel turc. Washington l'avait identifié avec quasi-certitude comme appartenant à l'aviation russe, ce que Moscou a toujours nié.
 La tension entre les deux pays s'est encore accrue ces derniers jours, après une série de bombardements russes qui ont, selon Ankara, visé des villages de la minorité turcophone de Syrie. La Turquie a convoqué vendredi l'ambassadeur russe pour le mettre en garde contre les "sérieuses conséquences" de cette opération.

Mercredi 25 Novembre 2015

Lu 365 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs