Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Suisse au Brésil avec les promesses de la génération Shaqiri




La Suisse au Brésil avec les promesses de la génération Shaqiri
La Suisse disputera en juin au Brésil sa troisième Coupe du monde consécutive, forte des belles promesses de sa jeune génération dont Xherdan Shaqiri est le plus emblématique représentant.
Depuis le Mondial sud-africain en 2010, où son fait de gloire fut d’être la seule à battre l’Espagne sur sa route vers le titre, l’équipe suisse a été forcée de changer de visage.
Au printemps 2011, Alexander Frei, meilleur buteur de l’histoire de la «Nati», décide avec fracas de tourner le dos à l’équipe nationale, imité par l’autre carte-maîtresse de l’attaque, Marco Streller, après une campagne désastreuse pour l’Euro-2012.
La Suisse perd certes son duo d’attaquants de la décennie, mais elle gagne en cohésion sur le terrain, ainsi qu’un nouvel état d’esprit, insufflé par des jeunes joueurs sur lesquels le sélectionneur Ottmar Hitzfeld se résout alors à miser.
Shaqiri, le polyvalent milieu de terrain vite recruté par le Bayern Munich après avoir éclos à Bâle, vient apporter de la flamboyance à un jeu helvète réputé pour en manquer. Tout comme Haris Seferovic et Granit Xhaka, deux héros de l’équipe sacrée championne du monde des moins de 17 ans en 2009 au Nigeria, pour le seul et unique trophée mondial décroché par le football suisse.
Ce pari de la jeunesse s’avère payant. La Suisse a traversé les qualifications pour le Mondial-2014 en patronne du groupe E, sans concéder la moindre défaite, et elle peut même prétendre à une place de tête de série en cas de dernier succès mardi à Berne face à la Slovénie.
La Suisse nourrie par l’ex-Yougoslavie
La Suisse a rajeuni sa moyenne d’âge tout en conservant d’anciens cadres comme son solide gardien Diego Benaglio, et elle a intégré différentes identités.
Son multiculturalisme reflète celui d’un pays qui a accueilli bon nombre de réfugiés après l’éclatement de l’ex-Yougoslavie. Plusieurs joueurs ont choisi le drapeau rouge à croix blanche mais auraient pu défendre d’autres couleurs.
D’ores et déjà, cette génération qui jouera le Mondial au Brésil est présentée comme la meilleure de l’histoire du football suisse et Ottmar Hitzfeld a vu les critiques virer au positif.
Décrié après l’échec de la campagne de l’Euro-2012, l’Allemand, l’un des sélectionneurs les mieux payés de la planète, est aujourd’hui loué pour avoir fait de la place à la relève et rassemblé ses jeunes talents autour de l’objectif commun.
Malgré sa campagne victorieuse, la Suisse de 2013 est-elle capable de faire mieux que celle de l’ère Frei, qui avait chuté en huitième de finale au Mondial-2006 ?
La fée du ballon rond a été plutôt bienveillante avec elle au moment du tirage au sort, en lui réservant des adversaires bien modestes dans le groupe E, de la Slovénie à la Norvège, en passant par Chypre, l’Islande et l’Albanie, où la Nati a validé son billet pour le Mondial vendredi soir.
Si nombre de ses joueurs se sont expatriés dans des grands clubs européens, force est de constater qu’ils sont plus souvent sur le banc que sur le terrain. Shaqiri, lui-même, doit se contenter de jouer les remplaçants de luxe de Robben au Bayern de Munich.

Libé
Lundi 14 Octobre 2013

Lu 334 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs