Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Pologne pour une solution politique au Sahara

Varsovie loue les efforts du Royaume en matière de défense des droits de l’Homme




La Pologne pour une solution politique au Sahara
La Pologne soutient une solution politique de la question du Sahara sous l’égide des Nations unies, a affirmé le sous-secrétaire d’Etat polonais aux Affaires étrangères, Artur Nowak-Far.
Lors d’une rencontre, vendredi à Varsovie, avec une délégation de la Chambre des conseillers conduite par son président Mohamed Cheikh Biadillah, qui était accompagné par l’ambassadeur du Maroc en Pologne, Younès Tijani, le responsable polonais n’a pas tari d’éloges à l’égard des choix démocratiques du Maroc, cité en exemple dans la région.
«Le Maroc est un pays stable et nous soutenons ses efforts pour la mise en œuvre de réformes politiques et économiques intelligentes», a-t-il dit, soulignant que le Royaume, tout en demeurant attaché à ses traditions ancestrales, est ouvert sur la modernité et se distingue par sa «capacité à surmonter les obstacles».
Il a également loué les efforts du Royaume en matière de défense des droits de l’Homme. «Nous enregistrons avec satisfaction les efforts de votre pays dans la défense des droits de l’Homme», a-t-il dit à l’adresse de la délégation marocaine. 

Abordant la coopération bilatérale, le diplomate a rappelé que les eurodéputés polonais, aussi bien à la Diète (Chambre basse du Parlement) qu’au Sénat, ont voté massivement en faveur de l’accord de pêche entre le Royaume et l’Union européenne. 

Il a, en outre, plaidé en faveur du renforcement de la coopération économique pour booster les échanges bilatéraux, eu égard aux potentialités de la Pologne et du Maroc, deux pays dont l’économie a fait preuve de résilience dans une conjoncture internationale difficile consécutive à la crise de 2008.
M. Biadillah, qui a tenu à remercier les eurodéputés polonais ayant voté à une majorité écrasante en faveur de l’accord de pêche Maroc-UE, a expliqué de son côté les principales réformes politiques initiées par SM le Roi Mohammed VI avec le soutien des partis politiques, des syndicats, des ONG et de la société civile. 
Il s’est attardé sur les acquis de la nouvelle Constitution, votée par référendum en 2011, qui stipule que le chef du gouvernement doit être issu du parti ayant remporté les élections législatives. 
La nouvelle Constitution insiste sur la séparation des pouvoirs, l’indépendance de la justice et la mise en place de nouveaux outils, notamment ceux portant sur la bonne gouvernance, la défense des droits de l’Homme et la lutte contre la corruption, a-t-il noté.
S’agissant de l’intégrité territoriale du Maroc, le président de la Chambre des conseillers a insisté sur le fait qu’il n’y a jamais eu d’Etat ni de peuple à part au Sahara, précisant qu’il s’agit plutôt de Marocains partageant la même langue et les mêmes us et coutumes.
Aujourd’hui, le Maroc propose, a-t-il poursuivi, un plan d’autonomie qui constitue le cadre idoine pour parvenir à une solution rationnelle, juste et réaliste, répondant  aux aspirations des populations de cette région en matière de gestion de leurs affaires dans un cadre de paix, de dignité et sous souveraineté marocaine.

Il a, d’autre part, mis l’accent sur la menace terroriste qui plane sur la région. Le terrorisme s’étend aujourd’hui de la Somalie à l’Atlantique en passant par la Mauritanie, le Sud algérien, le Sahel et le Nigeria, a dit M. Biadillah, soulignant la nécessité de mettre hors d’état de nuire les groupes terroristes qui se sont déployés dans la région et qui s’alimentent des trafics de tous genres.
Il a enfin plaidé en faveur du renforcement du partenariat maroco-polonais pour donner un nouvel élan aux échanges économiques bilatéraux.
Le Maroc se présente comme une plateforme idéale d’investissements et d’affaires vers l’Afrique où le Royaume est présent dans les domaines des banques, des assurances, du bâtiment et des télécommunications.
La Pologne et le Maroc pourront mettre sur pied un partenariat gagnant-gagnant en prospectant de nouveaux marchés sur le continent africain, a-t-il suggéré.
La délégation marocaine comprend, outre l’ambassadeur du Maroc à Varsovie, Mohammed Alami, président du Groupe socialiste, Mohammed El Ansari, président du Groupe istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme, Larbi Kharbouche, président du Groupe de l’alliance socialiste, Abdellah Attach de l’Union nationale des travailleurs du Maroc (PJD), Omar Chiban, chef de cabinet du président de la Chambre des conseillers, Ghizlaine Derrous, chargée d’études à la Chambre des conseillers et Mustapha Antra, conseiller en communication.
 

MAP
Lundi 13 Janvier 2014

Lu 1433 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs