Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Macédoine rouvre brièvement sa frontière

Des files d'attente de migrants se sont formées pour obtenir de la nourriture




La Macédoine rouvre brièvement sa frontière
La Macédoine a rouvert brièvement dans la nuit de mardi à mercredi sa frontière avec la Grèce et laissé passer sur son territoire environ 170 réfugiés alors que côté grec 10.000 migrants continuaient d'attendre, selon les autorités locales grecques.
 Il s'agit du premier groupe de migrants, surtout Syriens et Irakiens, qui a été autorisé à traverser cette frontière, principale route des Balkans à destination des pays de l'Europe du nord, depuis lundi après-midi, lors des heurts survenus entre des réfugiés et des policiers macédoniens.
 Un groupe de 300 personnes avait alors tenté de forcer la barrière frontalière avant d'être repoussé par la police macédonienne, qui avait fait usage de gaz lacrymogènes. Depuis ces incidents, Skopje a augmenté le nombre de ses soldats et de ses policiers à la frontière avec la Grèce "pour des raisons préventives", selon Natalija Spirova Kordic, porte-parole de la police.
 En raison des restrictions imposées initialement par l'Autriche, suivie par d'autres pays européens et des Balkans de l'ouest concernant le nombre de migrants autorisés à entrer sur leur territoire, des milliers de migrants et réfugiés sont bloqués côté grec à la frontière avec la Macédoine depuis le week-end.
Selon le maire d'Idomeni, village-frontière côté grec, près de 7.000 migrants et réfugiés, dont de nombreuses familles et enfants, se trouvaient mercredi dans les deux camps d'accueil, tandis que 3.000 campaient dans les champs.
 La nourriture n'étant pas suffisante pour tout le monde, des files d'attente de migrants se sont formées pour obtenir de la nourriture, a constaté une journaliste de l'AFP.
Entre vendredi et dimanche, le camp est passé de 4.000 à 8.000 personnes. Là, on est à plus de 9.000. On se lève tous les matins en se demandant comment on va faire aujourd'hui", résume Jean-Nicolas Dangelser, responsable logistique de l'ONG Médecins sans frontière (MSF) à Idomeni qui gère la distribution des repas - plutôt des collations -, passés à 30.000 par jour.
 Le nombre de Syriens et d'Irakiens arrivant à la frontière est toujours plus élevé que celui des réfugiés admis en Macédoine.
Avec seulement 6.500 repas chauds par jour en moyenne, "nous devons combler le reste en sandwiches", poursuit l'humanitaire en quête de nouveaux fournisseurs de plats chauds à tarifs supportables : "Actuellement, le repas revient à 30/35 centimes mais le producteur ne peut pas nous fournir davantage. Tout ce qu'on nous propose par ailleurs tourne autour de 1,20 euro".
Devant cette situation, intenable pour la Grèce et qui pourrait causer une crise humanitaire, selon le Haut commissariat des réfugiés (HCR), l'Union européenne (UE) devait proposer mercredi d'allouer une partie de son aide humanitaire aux pays membres confrontés à des arrivées massives de migrants, selon la Commission.
 La Grèce estime avoir besoin de près de 500 millions d'euros pour organiser l'accueil de 100.000 réfugiés et gérer la situation à sa frontière avec la Macédoine.

 

Jeudi 3 Mars 2016

Lu 838 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs