Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“La La Land” favori aux Oscars, un immense honneur pour son jeune réalisateur




Damien Chazelle, de passage à Tokyo avec Ryan Gosling pour promouvoir sa comédie musicale "La La Land", a raconté vendredi être "tombé des nues" quand il a découvert avoir été gratifié d'une moisson de 14 nominations aux Oscars. "C'est un immense honneur. Ryan et moi étions au même hôtel quand nous avons appris la nouvelle", annoncée mardi. "Et nous l'avons célébrée ensemble avec du champagne", a souri le jeune réalisateur prodige de 32 ans, saluant la reconnaissance d'un "travail d'équipe". Tout de noir vêtu, son acteur vedette a abondé dans le même sens. "Dans la plupart des cas, seules quelques personnes sortent du lot. Mais vous savez, faire un film est une vraie collaboration et ce film en est l'exemple même. Qu'un grand nombre de collaborateurs soient reconnus rend la chose encore plus spéciale", a souligné Ryan Gosling, qui partage l'affiche de "La La Land" avec Emma Stone. L'aventure, "un long processus", a réellement démarré "quand j'ai embarqué Ryan à bord", a relaté le réalisateur, début de plusieurs mois de préparation pour ses deux interprètes qui chantent, dansent et font des claquettes. "Ryan est un comédien fantastique, pour tout psychopathe sombre ("Drive") qu'il joue, répond à un aspect très romantique ("Crazy, Stupid, Love")", a-t-il dit. "La La Land", empli de références aux comédies musicales, de "Singing in the rain" aux "Parapluies de Cherbourg", puise aussi un peu dans le septième art japonais. "Je me suis un peu inspiré du «Vagabond de Tokyo» de Seijun Suzuki", film de yakuzas des années 1960, "c'est une sorte d'hommage caché" . "Ses plans très larges et ses couleurs très pop art évoquent une comédie musicale, avec des revolvers". Plein d'énergie, "La La Land", qui démarre par une scène d'embouteillages se transformant en ballet virevoltant, narre l'idylle à Los Angeles entre un jeune pianiste de jazz, Sebastian (Ryan Gosling), et une aspirante actrice, Mia (Emma Stone). Le film, qui est pourtant très loin des canons des films hollywoodiens à succès, a dominé début janvier les Golden Globes avec un record de sept statuettes et a déjà réalisé quelque 90 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis.

Samedi 28 Janvier 2017

Lu 718 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs