Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Jordanie accusée d’attiser la tension dans le sud syrien

Les rebelles s’apprêtent à lancer une offensive sur Damas




La Jordanie accusée d’attiser la tension dans le sud syrien
La presse syrienne a accusé jeudi la Jordanie de vouloir attiser le front de la rébellion dans le sud du pays avec l'appui des Etats-Unis et de l'Arabie Saoudite, après l'échec des pourparlers de Genève.
 "Le front sud est aujourd'hui le plus en vue depuis que ce sujet a été largement discuté sous l'égide du palais royal jordanien. Le rôle de la Jordanie, en coordination avec les services de renseignements américains, saoudiens et israéliens, avec une aide des pays du Golfe, n'est plus un secret", affirme le quotidien gouvernemental As-Saoura.
Les rebelles implantés dans le sud de la Syrie s'apprêtent à lancer une offensive d'envergure sur la capitale Damas, selon les belligérants.
Et des milliers d'autres entraînés en Jordanie depuis plus d'un an par les Etats-Unis et d'autres pays occidentaux vont participer à cette opération, selon des sources au sein du régime et de l'opposition.
"Les signes de la présence officielle jordanienne dans l'escalade américaine après le deuxième round de Genève sont de plus en plus visibles", poursuit as-Saoura, en référence aux négociations entre régime et opposition qui se sont achevées le 15 février sans aucun résultat.
Le président américain Barack Obama avait déclaré la semaine dernière en recevant le roi de Jordanie Abdallah II qu'il voulait accroître la pression sur le régime syrien.
Et le journal de mettre en garde le royaume hachémite. "L'adage dit que celui qui joue avec le feu va se brûler les doigts. Que dire alors de celui qui allume le feu ?".
Pour leur part, les Occidentaux ont décidé de soumettre au vote du Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution sur la situation humanitaire en Syrie auquel Moscou ne s'est pas rallié pour l'instant, prenant ainsi le risque d'un veto russe, ont indiqué mercredi des diplomates.
 Le vote sur ce texte, qui a fait l'objet d'intenses négociations avec Moscou, devrait intervenir aujourd’hui.
L'ambassadeur australien à l'ONU Gary Quinlan a annoncé sur son compte twitter que le projet "avait été soumis au Conseil ce (mercredi) soir, pour adoption cette semaine".

Vendredi 21 Février 2014

Lu 117 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs