Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La France appelle à la libération de Mohamed Morsi

Le blocage persiste au niveau politique




La France appelle à la libération de Mohamed Morsi
Pour la première fois depuis la destitution du chef de l’Etat égyptien, le 3 juillet, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a appelé «à la libération des prisonniers politiques, y compris celle de l’ancien président Morsi», retenu par l’armée dans un endroit inconnu au Caire. «Nous condamnons les brutalités. Nous appelons au dialogue, a ajouté M. Fabius. La situation est très critique en Egypte. Il faut revenir vers un cheminement démocratique et refuser la violence.»
Pour Laurent Fabius, «le président Morsi avait été élu dans des conditions régulières mais le sentiment qu’ont eu beaucoup de personnes, c’est qu’il voulait aller vers un islamisme à marche forcée et d’autre part la situation économique était catastrophique».
Ce qui explique qu’il ait été renversé. «Nous n’avons pas appelé cela juridiquement un coup d’Etat», car, a expliqué Laurent Fabius, cela impliquerait l’arrêt de l’aide internationale à ce pays et «ce n’est pas le moment de rendre la situation économique plus difficile».
 M. Morsi n’est pas apparu en public depuis sa destitution par l’armée après des manifestations réclamant son départ. Depuis, il a été officiellement mis en détention et doit être transféré à la prison Torah. La France souhaite que l’armée égyptienne soit désormais «en retrait», et que «le régime qui s’est installé retourne le plus vite possible vers une approche démocratique et refuse les violences».
Mardi 30 juillet, la chef de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, avait rencontré le président déchu et avait pu s’entretenir avec lui pendant deux heures, assurant que «M. Morsi [allait] bien» et avait «accès aux informations». «Nous avons eu une discussion amicale, ouverte et directe, a indiqué Mme Ashton, se refusant à divulguer le contenu de ces discussions.
Lors de sa précédente visite au Caire le 17 juillet, Mme Ashton avait demandé publiquement la libération de M. Morsi, et avait déploré n’avoir pu le rencontrer. Les militaires affirment que la détention de Mohamed Morsi est seulement une mesure de précaution visant à assurer sa sécurité.

Agences
Jeudi 1 Août 2013

Lu 111 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs