Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Cour suprême turque contre-attaque Erdogan

Les tribunaux ne reçoivent pas d’ordres




La Cour suprême turque contre-attaque Erdogan
Le président de la Cour constitutionnelle, plus haute instance judiciaire de Turquie, a rejeté avec véhémence vendredi les vives critiques qui lui ont été adressées par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, en affirmant que "les tribunaux ne reçoivent pas des ordres".
 "Dans un Etat de droit, les tribunaux ne reçoivent ni des ordres ni des instructions. De plus ils ne peuvent être guidés par des sentiments d'amitié ni d'hostilité", a déclaré Hasim Kiliç lors d'une allocution télévisée à l'occasion du 52è anniversaire de la création de son institution.
 Le discours de M. Kiliç était particulièrement fort et adressé notamment à M. Erdogan qui était parmi les invités et qui a affiché sur son visage sa désapprobation.
 La Cour suprême a infligé ces dernières semaines plusieurs revers au régime islamo-conservateur annulant en partie une réforme judiciaire destinée à renforcer son emprise sur l'appareil judiciaire, adopté au Parlement en plein scandale de corruption, et débloquant l'accès au réseau Twitter, interdit par le pouvoir.
 En ordonnant début avril la levée du blocage de Twitter, les Sages avaient fortement déplu au Premier ministre, qui ne s'était pas privé de les critiquer: "Nous devons appliquer le jugement mais je ne le respecte pas", accusant aussi les juges d'agir contre les intérêts nationaux.
 M. Kiliç a souligné avec insistance la nécessité de préserver l'indépendance de la justice en Turquie, sans hésiter à accuser M. Erdogan, qui dirige le pays depuis 2002, d'avoir émis des "critiques disproportionnées" sur les jugements de la Cour.
 Il a aussi fortement critiqué les vastes purges effectuées par le pouvoir dans la magistrature depuis la révélation à la mi-décembre d'un vaste scandale de corruption touchant M. Erdogan et son entourage.
 "Cette affaire nous montre clairement que ces divisions scelleront la fin de la sécurité de la justice dans l'Etat de droit", a-t-il dit.
 Le Premier ministre accuse le mouvement religieux dirigée depuis les Etats-Unis par le prédicateur Fethullah Gülen, jadis son allié, d'avoir fabriqué des preuves de corruption pour le renverser dans le cadre d'un "coup d'Etat".
 

AFP
Samedi 26 Avril 2014

Lu 361 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs