Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La COP22, une occasion pour faire entendre la voix de la société civile internationale




La 22ème Conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22), qui se tiendra à Marrakech du 7 au 18 novembre prochain, constitue une occasion propice pour faire entendre la voix de la société civile internationale comme partenaire incontournable dans la lutte contre les changements climatiques, ont affirmé, récemment à Casablanca, des représentants d'ONG africaines et internationales.
Afin d’impliquer la société civile dans la prise des décisions relatives aux changements climatiques, il est primordial d’unir les efforts pour faire émerger une voix commune afin de défendre, au sein des instances internationales, les intérêts des populations les plus exposées aux risques climatiques, ont-ils souligné lors de la deuxième journée de la Conférence africaine et internationale de la société civile, qui s’est tenue sous le thème "COP 22, enjeux et défis".
Dans ce sens, Nicolas Oranger, représentant de l’ONG environnementale américaine "350.org", a appelé à mobiliser les efforts pour la réalisation de la justice climatique, insistant sur la nécessité d’intégrer la société civile dans le processus de prise des décisions relatives aux changements climatiques.
Il a souligné que la COP22 sera une occasion idoine pour débattre, de façon approfondie, de nombreuses questions restées en suspens lors de la COP21, notamment la limitation du réchauffement climatique à moins de 2 degrés C et la révision des objectifs de la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
De son côté, Hamouda Sobhi, membre du Conseil international du Forum social mondial, a insisté sur la nécessité d’unir les efforts de la société civile en vue d’apporter une contribution efficace lors de la COP22.
Il a mis l’accent sur l’importance d’organiser la participation de la société civile africaine et internationale à la COP22 en déterminant les points de force et de faiblesse de l’accord de Paris et en faisant émerger une position commune de la société civile.
Initiée par la Coalition marocaine pour la justice climatique (CMJC), la conférence africaine et internationale de la société civile s’assignait pour objectif de débattre des moyens permettant la réalisation de la justice climatique.
Cette rencontre de deux jours, qui a rassemblé une centaine de représentants de la société civile, de syndicats, de mouvements sociaux ainsi que des chercheurs et des experts provenant de l’Afrique, du Maghreb, du Moyen-Orient, d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord, s’inscrit dans le cadre du plan d'action de la CMJC, à la fois en perspective de la COP22, mais aussi au-delà de la COP22.

Mardi 27 Septembre 2016

Lu 819 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs