Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'un des chioukhs de l'opération d'identification saisit Ban Ki-moon


Les associations pro-Polisario préfèrent perpétuer le conflit au Sahara



L'un des chioukhs de l'opération d'identification saisit Ban Ki-moon
Abdallah Salhi, l'un des chioukhs de l'opération d'identification à Laâyoune, a affirmé dans une lettre adressée mardi au secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon son appui à «l'intégration à la mère-patrie, le Royaume du Maroc».
Dans cette lettre, M. Salhi souligne qu'il ne peut accepter «que le choix qui préserve la souveraineté du Royaume du Maroc sur son Sahara», ajoutant qu'il est convaincu, à l'instar de tout Sahraoui en parfaite connaissance des vérités historiques et géographiques des provinces du Sud du Royaume, de la marocanité du Sahara.
«Nos pères et nos grands-pères ont fait allégeance aux Rois alaouites», a-t-il rappelé, relevant que le Maroc, resté fidèle à ses engagements pris depuis plusieurs années en vue d'aboutir à une solution politique et définitive à la question du Sahara, a adhéré à une dynamique positive et constructive, en présentant une initiative portant sur l'octroi de l'autonomie aux provinces du Sud dans le cadre de la souveraineté du Royaume et de son intégrité territoriale.
L'initiative d'autonomie «est porteuse d'un avenir meilleur pour la population des provinces du Sud et permettra de mettre un terme aux souffrances des Sahraouis séquestrés à Tindouf», a souligné M. Salhi.
Par ailleurs,  l'écrivain espagnol José Maria Lizundia a souligné, dans un nouvel ouvrage sur la question du Sahara, que les associations épousant la thèse du Polisario en Espagne profitent de l'argent des contribuables espagnols et préfèrent perpétuer le statu quo autour du conflit au Sahara, au lieu de contribuer à la recherche d'une solution réaliste à ce différend, souligne-t-il.
Dans son livre intitulé «El Sahara, perspectiva de revision» (Le Sahara, perspective de révision), qui aborde différents aspects de la question du Sahara marocain, en particulier le soutien au Polisario dans la péninsule ibérique, M. Lizundia affirme que ces associations, qui disposent de fonds considérables, utilisent l'argent des contribuables espagnols à «des fins politiciennes et idéologiques».
«Leur rôle principal est la solidarité idéologique et politicienne et non la solidarité humanitaire», dénonce-t-il dans cet ouvrage, présenté mardi soir à Santa Cruz de Tenerife, aux Iles Canaries, en présence de Vidal Manuel Garrido, Prix national de journalisme et ancien directeur du journal la « Gaceta de Canaria ».
«Ces associations préfèrent perpétuer une situation dont la victime principale est la population des camps de Tindouf, au lieu de contribuer à la recherche d'une solution réaliste» au conflit, fait observer l'auteur, qui note au passage que le discours d'une soi-disant «dette historique» de l'Espagne à l'égard du Sahara est une «construction imaginaire sur laquelle est fondé tout l'édifice de solidarité de la société espagnole avec le Polisario».
Pour l'écrivain, né à Bilbao en 1951 et qui vit depuis le début les années 80 à Tenerife, l'Espagne n'a pas «abandonné» ce qu'on appelle le «peuple du Sahara» et n'a aucune obligation de défendre ce territoire, contrairement aux pseudo-arguments avancés par ces associations.
Quant aux quelques militaires espagnols qui soutiennent les mêmes thèses, il s'agit, selon l'auteur de l'ouvrage, de «nostalgiques» qui ont servi sous la dictature franquiste et dont l'attitude anti-marocaine et le passé colonial ont même poussé un officier à défendre l'idée d'un «grand Etat sahraoui», englobant le Sahara, la Mauritanie et le Nord du Mali.
Le livre dénonce, par ailleurs, la position figée du Polisario, qui n'a pas changé de discours depuis plus de trois décennies. Il s'agit d'une organisation qui est «fondée sur un système de parti unique d'idéologie totalitaire et réductionniste», note l'écrivain espagnol, qui rappelle les actes terroristes commis contre des ressortissants espagnols, notamment des pêcheurs canariens, qu'il qualifie de «crimes passés sous silence» en Espagne.
Pour l'écrivain espagnol, avocat de profession et membre de l'Association canarienne des écrivains, la tenue d'un référendum que continuent de défendre ces associations en dépit de la confirmation de son inapplicabilité par les Nations unies, n'est plus une option envisageable, d'autant qu'il est impossible de définir le corps électoral et d'établir les listes des personnes habilitées à participer à une éventuelle consultation.
Le conflit du Sahara est un conflit artificiel imposé au Maroc par l'Algérie. Le Polisario, un mouvement séparatiste soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d'un Etat factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une solution du conflit basée sur une autonomie avancée dans un cadre souverain marocain et une intégration économique et sécuritaire régionale.

MAP
Jeudi 11 Avril 2013

Lu 623 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs