Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'hyperréalisme soviétique renaît pour une exposition à Moscou




L'hyperréalisme soviétique renaît pour une exposition à Moscou
L'hyperréalisme soviétique, mouvement artistique emblématique de la stagnation des dernières années de l'URSS et qui devait ressusciter le réalisme socialiste moribond, est le thème d'une grande exposition à Moscou qui renvoie à l'époque de la Guerre froide.
Une centaine de tableaux "photoréalistes" -- scènes de la vie quotidienne, portraits ou paysages peints par des Estoniens, Russes, Ukrainiens, Kazakhs ou Arméniens dans les années 1970-1980 -- recréent "la réalité qui devient une illusion", comme l'annonce le titre de cette exposition qui se tient à la prestigieuse galerie Tretiakov jusqu'au 23 juillet.
Ici l'image du présentateur d'un journal télévisé soviétique -- aux traits reconnaissables -- saisie dans son studio, entre deux émissions, sur fond d'écrans et de projecteurs, en train de lire le journal Humanité. Composition, lumière, couleurs, posture du personnage: le peintre Nikita Mechkov crée un tableau photoréaliste par des touches invisibles, en 1983, à l'apogée de la confrontation idéologique entre l'URSS et l'Occident.
L'hyperréalisme a gagné l'URSS via l'Estonie, vitrine du "libéralisme culturel soviétique", où ce style s'installe impunément dès la fin des années 1970. Ce mouvement né aux Etats-Unis dans les années 60 et qui s'appuie sur le Pop Art, avec ses images issues de la publicité, bat alors déjà son plein en Amérique. Il devient assez vite à la mode en URSS, où il se confirme comme "style de la Guerre froide".
Le régime communiste voit dans ces nouvelles images, avec leurs scènes réelles de la vie des Soviétiques, un autre témoignage de la fidélité des peintres au réalisme socialiste, qui agonise depuis des années et a besoin d'un nouveau souffle.
Mais derrière la façade d'une loyauté politique, ces images cachent en fait une révolte, explique à l'AFP le commissaire de l'exposition Krill Svetliakov.
Derrière les représentations validées par Moscou, on devine la critique d'une réalité aux allures de fiction en Union soviétique: villes fermées et interdites inexistantes sur la carte, abris anti-aériens invisibles sous terre, vérité cachée par la propagande...
De même, alors que la Guerre froide a toujours cours à cette époque, elle est devenue "physiquement insaisissable" pour les Soviétiques et le mouvement hyperréaliste, jouant là-dessus, "met en doute la réalité elle-même", dit M. Svetliakov.
Le régime communiste autorise les expositions des hyperréalistes soviétiques en encourageant leur "réalisme documentaire", mais il les critique d'un autre côté pour leur "formalisme".
Sur une affiche d'Andreï Boulatov intitulée "Réalisons les décisions du 26e Congrès du Parti" (1982), "la chaleur des visages écarlates et radieux des ouvriers trempée dans le froid du bleu indigo du ciel" provoque une explosion d'irréalité, selon le commissaire. Les Soviétiques vivent en fait "hors de la réalité" et "hors du temps", le communisme annoncé n'étant jamais arrivé et le socialisme qui devait le précéder ayant tendance à s'éterniser. "En organisant cette exposition sur un mouvement artistique oublié, nous avons découvert à quel point ce style est toujours là", constate M. Svetliakov. "Les clichés de l'époque sont partis, certes, mais les images sont toujours les mêmes", dit-il.
Selon lui, dans la crise russo-ukrainienne, la propagande menée par les deux parties renoue ainsi avec l'hyperréalisme de la Guerre froide et ses images à double sens. "La société n'a pas suffisamment réfléchi sur cette époque" et sur ses erreurs passées, estime le commissaire.

Lundi 20 Avril 2015

Lu 339 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs