Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’histoire du théâtre marocain passée au peigne fin




Plusieurs chercheurs se sont attelés, samedi à Casablanca, à décortiquer et à passer au peigne fin l’histoire du théâtre au Maroc, dans le cadre d'un conclave ayant pour thème "théâtre marocain, modèles et figures". Ces chercheurs ont mis l’accent, lors de cette rencontre abritée par la Médiathèque de la Mosquée Hassan II, sur les expériences riches et multiples ayant marqué de leur empreinte la scène théâtrale nationale. 
Le chercheur, Rachid Bennani, a rappelé, dans un exposé intitulé "Les moments oubliés du théâtre casablancais", que les débuts de cet art dans le Royaume remontent aux années quarante et cinquante du siècle dernier. Cette époque était riche et avait constitué le point de départ pour un théâtre national qui reflétait largement les événements politiques et sociaux, a-t-il estimé, ajoutant qu'elle avait été également marquée par l’apparition de nouvelles formes d'expression sur scène et de spectacle. 
De son côté, le critique, Ahmed Mesaya, a axé sa présentation, consacrée au théâtre des jeunes, sur le théâtre marocain contemporain ayant fait ses débuts à l'époque du Protectorat, avant de passer par plusieurs étapes qui avaient été couronnées par l'émergence de productions théâtrales. Selon M. Mesaya, les années 80 se sont distinguées par l’apparition d’une nouvelle génération avec la mise en place de l'Institut supérieur d'art dramatique et d'animation culturelle (ISADAC), ainsi que la prise d'une batterie de mesures en faveur du théâtre national, relevant que ces actions ont insufflé une nouvelle dynamique à cet art. Il a cité, à titre d’exemple, les subventions accordées aux troupes théâtrales par le ministère de la Culture, la couverture médicale et l'établissement d'une carte professionnelle au profit des artistes. 
L’universitaire, Hassan Habibi, a consacré son intervention à feu Taib Seddiki qu'il a qualifié de "l’un des pionniers du théâtre national". M. Habibi a rappelé, dans son exposé intitulé "La dynamique de la langue visuelle dans le théâtre", que feu Taib Seddiki avait aussi largement contribué à l’enrichissement des formes de spectacle à l'échelle du monde arabe et n'avait épargné aucun effort dans le but d'encourager et promouvoir une exploitation et mutualisation du patrimoine culturel, en particulier l'art dramatique.


 

Libé
Dimanche 5 Février 2017

Lu 932 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs