Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'ex-patron du Neuchâtel Xamax sommé de quitter la Suisse




L'ex-patron du Neuchâtel Xamax sommé de quitter la Suisse
Le Russe Bulat Chagaev, ancien propriétaire du club de football suisse de Neuchâtel Xamax qu'il a conduit à la faillite, doit quitter la Suisse avant fin août suite à une décision de la justice, a rapporté mercredi le journal suisse 24Heures.
Dans un arrêt daté du 19 juillet, le Tribunal fédéral suisse, la plus haute autorité judiciaire du pays, a décidé de rejeter le recours de l'homme d'affaires russe contre la décision de son renvoi, d'après le média suisse.
M. Chagaev, qui réside dans une banlieue de Lausanne, recourrait contre la décision du Service de la population du canton de Vaud qui lui avait signifié son renvoi de Suisse, le 17 avril dernier. L'homme d'affaires avait déjà vu son premier recours rejeté par le Tribunal cantonal, le 10 juin.
Selon 24Heures, Bulat Chagaev a jusqu'à la fin août pour quitter la Suisse.
Pris dans plusieurs procédures civiles et pénales dans les cantons de Genève et Neuchâtel, il souhaitait pouvoir rester jusqu'à ce que ses affaires soient jugées. Le Tchétchène soulignait qu'il ne pourrait pas se défendre valablement s'il devait résider hors de Suisse et avait sollicité un effet suspensif.
Mais le Tribunal fédéral en a décidé autrement, estimant, d'après 24Heures, que "dans la mesure où la présence personnelle de l'intéressé était requise, les autorités administratives devaient lui délivrer les autorisations d'entrée nécessaires à cet effet" et que comme celles-ci s'y sont formellement engagées, cela ne justifiait pas de suspendre la décision de renvoi.
Bulat Chagaev doit par ailleurs payer les frais de justice arrêtés à 1.000 francs suisses (811 euros).
Le Tribunal fédéral n'était pas immédiatement disponible pour répondre aux questions de l'AFP.
M. Chagaev, qui avait acheté le Neuchâtel Xamax en mai 2011 pour un montant estimé à 1,2 million de francs suisses (1 M d'euros), reste poursuivi pour gestion fautive dans le cadre de l'enquête sur la faillite du club, prononcée en janvier 2012.
Après avoir passé quatre mois en détention préventive entre janvier et mai 2012, il avait été assigné à résidence jusqu'en février dernier.

AFP
Vendredi 2 Août 2013

Lu 221 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs