Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’espace public exposé à tous les abus

L’occupation des trottoirs est le sport national de commerçants impertinents




Le jour où nos responsables auront concrétisé la simple idée d’agir pour la réappropriation de l’espace public que de cupides privés en toute illégalité et impunité occupent, on pourra dire que le civisme, ici-bled, a de beaux jours devant lui. Mais voilà, il semblerait que les autorités soient complètement dépassées face à ce phénomène et pire encore, le citoyen s’est résigné car impuissant face à l’anormalité de cette situation.
L’aberration que représente la mainmise sur  nos trottoirs, déjà miteux de par leur manque d’entretien, est de toute évidence devenue une banalité, désormais, tolérée. D’ailleurs, les cafetiers sans scrupules, les mécanos crasseux et insoucieux du passant tranquille, des épiciers du coin, aux étals empiétant sur le passage piétonnier, les marchands ambulants exemptés de tout impôt et dont le commerce informel et florissant déborde de leurs charrettes sur la chaussée même, n’en déplaise à certains commerçants ayant pignon sur rue eux-mêmes de mauvaise foi et tant d’autres occupants qui, de ce chemin par nature réservé aux piétons, dépend le gagne-pain quand ce n’est pas bien plus, sont là présents pour contribuer chaque jour que Dieu fait et par la force des choses à nous faire admettre ce nouveau ‘’way of life’’ des temps modernes.
Pour vendre son thé à la menthe et café au meilleur prix, le cafetier de la ‘’chouka’’ du quartier s’accapare tout le trottoir y compris la plaque ‘’stop’’, y installe ses tables et chaises, sa télévision et sa chaine ‘’Bein piratée’’ à des fins de soirées footballistiques aux rentrées conséquentes et bâche le tout de la couleur à tendance du moment. A Casablanca, c’est le vert ou le rouge qui l’emporte, c’est selon.
Mécaniciens, électriciens automobile, tôliers ou autres, réparateurs cyclos, préposés aux pneumatiques, se distinguent, quant à eux, par la couleur noire propre à la suie et à la crasse que leur labeur et véhicules auront petit à petit déposées et entassées sur la voie passante.
Inutile d’ajouter louanges à celles déjà chantées, ce n’est pas demain la veille que l’on verra nos autorités si bienveillantes, nous proposer de mettre en place un espace de vie afin que familles, enfants enfin tous, puissent y trouver un semblant d’épanouissement comme sous d’autres cieux plus amènes à veiller au bon grain quant à ce phénomène.   
Se réapproprier l’espace public pour rappeler que l’usage du trottoir n’est pas le lot du mercantilisme aveugle favorisé de surcroît par une politique protectionniste est devenu indispensable. Il en va du bien-être citadin. Il doit redevenir ce qu’il a toujours été, un lieu piétonnier, paisible, sécurisé, propre et solidaire dans la ville et non l’endroit encombré par excellence pour des usagers que l’on prive d’emprunter au péril de leur vie.  Faut-il rappeler que les piétons dans les chiffres des accidents mortels de la route arrivent tout en haut du tableau macabre.

Mohamed Jaouad Kanabi
Vendredi 13 Mai 2016

Lu 925 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs