Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'équipe de l'OSCE disparue en Ukraine bientôt libre

Kiev réclame à Moscou la fermeture de ses frontières




L'équipe de l'OSCE disparue en Ukraine bientôt libre
Les quatre observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), disparus lundi dans l'est de l'Ukraine, sont aux mains des séparatistes pro-russes et devraient être bientôt libérés, a annoncé jeudi un chef rebelle.
Viatcheslav Ponomariov, dont le groupe séparatiste contrôle la ville de Slaviansk, a déclaré à l'agence de presse russe Interfax que l'OSCE avait été prévenue de ne pas se rendre dans le secteur, mais qu'elle y avait néanmoins envoyé une équipe "zélée" de quatre personnes.
"Naturellement, ils ont été interpellés. Personne de les a arrêtés. Nous les détenons. Nous sommes en train de déterminer qui ils sont, où et pourquoi ils voyageaient et ensuite nous les laisserons partir", a déclaré le chef rebelle de Slaviansk.
L'équipe, qui comprend un Danois, un Turc, un Estonien et un Suisse, fait partie des nombreux observateurs envoyés par l'OSCE pour vérifier les mesures prises sur le terrain pour faire baisser la tension dans l'est de l'Ukraine où les séparatistes ont pris le contrôle de secteurs stratégiques dans plusieurs localités.
Le président ukrainien élu, Petro Porochenko, n'est pas encore en mesure de fixer la date à laquelle sera signé l'accord de libre-échange avec l'Union européenne, mais rien n'indique qu'il ait l'intention d'y renoncer, a-t-on assuré mercredi à Bruxelles.
Le projet est au coeur de la crise ukrainienne, qui a éclaté en novembre lorsque l'ex-président Viktor Ianoukovicth a décidé à la dernière minute de ne pas le signer pour se tourner vers la Russie.
Petro Porochenko, triomphalement élu dès le premier tour dimanche, a fait du rapprochement avec l'UE l'une de ses premières priorités. Les autorités ukrainiennes ont toutefois informé Bruxelles cette semaine qu'elles avaient "besoin d'un peu de temps pour réfléchir à la marche à suivre", a rapporté un membre de l'administration européenne.
Le futur chef de l'Etat souhaite régler en premier lieu les problèmes internes et ne veut pas donner l'impression de signer l'accord prématurément, précisent d'autres responsables. Et d'ajouter: "Nous n'avons pas le sentiment qu'il traîne les pieds".
Un accord d'association, volet politique du projet, a été signé en mars. Il s'agissait pour l'UE d'exprimer son soutien aux nouvelles autorités ukrainiennes après l'annexion de la Crimée par la Russie. Les deux parties s'étaient entendues pour signer le deuxième volet après la présidentielle, mais Kiev bénéficie déjà de conditions préférentielles à titre provisoire.
Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a demandé mercredi à Vladimir Poutine d'ordonner la fermeture de la frontière pour empêcher l'arrivée de combattants pro-russes.
"La situation se détériore dans l'Est. Des camions pleins de munitions, pleins de guérilleros entraînés en Russie ont passé la frontière russe pour pénétrer en Ukraine", a-t-il déclaré.
 

REUETRS
Vendredi 30 Mai 2014

Lu 103 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs