Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’engouement pour les cybers dans les provinces du Sud




Que vous soyez à Guelmim, Laâyoune, Assa, Dakhla ou Smara, le constat que vous ferez inévitablement est que le cyber est devenu une attraction incontournable pour les jeunes et les moins jeunes. Le grand boom que connaissent les NTIC, depuis quelques années, a favorisé la ruée des hommes d’affaires sur la création de cyber. Aussitôt après les prières de Tarawih, les cybercafés, existant dans différents quartiers de la ville, sont pris d’assaut par les jeunes et les  moins jeunes, qui voient en ces espaces des lieux de communication, de rencontres, de distraction, d'information et de découverte, leur permettant de planer dans un monde à part, loin de leur quotidien fait de sons et de lumière drainé magiquement par le fait de la  technologie. 
Attirant des citoyens des deux sexes et de tous les âges, ravis de naviguer dans l'univers virtuel de l'Internet et de se faire de plus en plus d'amis et de relations via la grande toile, ces espaces qui ont fait leur apparition dans le quotidien des habitants de la ville il y a des années, affichent ainsi, au cours des soirées du mois de Ramadan, "complet" ou presque, malgré la faiblesse du débit notoirement connue  dans plusieurs villes notamment Dakhla.
Pour plusieurs habitués de ces lieux, l'Internet, au-delà de sa fonction informative et ludique, constitue le moyen par excellence de sortir de la monotonie de la vie quotidienne et de s'offrir une "plongée" dans le monde virtuel où toutes les frontières s'effacent permettant aux internautes  du  monde entier d’échanger les nouvelles et de partager leurs passions (poésie, leurs villes ou pays, stars, cinéma, littérature...), leurs souvenirs mais aussi leurs idées à l'endroit des événements qui secouent le monde.
Fortement initiés au langage bref et rapide du "tchat" constitué de mots abrégés, d'exclamations et d'onomatopées, ces férus d'échange à caractère virtuel sont en effet nombreux à se précipiter pour élire place chaque jour devant un ordinateur et échanger (jusqu'à une heure tardive de la nuit pour certains) des messages instantanés avec leurs correspondants.
Grâce à cette issue qu'offre la toile, bon nombre d'entre eux disposent aujourd'hui d'une bonne liste d'adresses électroniques et d'amis à travers le monde, nous explique le gérant d'un cybercafé, qui indique que l'afflux important des internautes rend souvent les connexions particulièrement lentes.   Ces cybercafés constituent également un lieu de prédilection pour les enfants portés sur les jeux en réseaux. Pour cela, certains gérants n'hésitent pas à installer, aux côtés des ordinateurs, de simples postes de télévisions liés à des consoles de jeux.   "Le cybercafé offre aux jeunes et moins jeunes du quartier, qui ne disposent pas de connexion à domicile, un espace d’évasion, de communication et de divertissement approprié. Il leur permet d’apprendre à maîtriser l'outil informatique afin de pouvoir accompagner l'évolution du monde des nouvelles technologies", relève pour sa part un jeune accro du tchat.

El-Katab
Samedi 5 Septembre 2009

Lu 265 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs