Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’élection du Maroc au Conseil des ministres arabes de la Santé suscite l’ire d’Alger

En dépit d’une farouche opposition algérienne, le Royaume désormais membre du bureau exécutif




L’élection du Maroc au Conseil des ministres arabes de la Santé suscite l’ire d’Alger
Apparemment, la diplomatie algérienne n’a qu’une seule et unique obsession, celle de contrarier le Maroc au sein des instances internationales.
La dernière manifestation en date de cette obsession a été le fait du représentant d’Alger lors de la réunion tenue à Genève par le bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé en marge de la 67ème Assemblée mondiale de la santé. Elle a consisté à empêcher le Maroc d’être élu au sein de cette instance pour représenter, avec la Tunisie, les pays d’Afrique du Nord. Mais en dépit de cette opposition farouche de l’Algérie, le Maroc a pu recueillir un large soutien de la part des pays arabes.
 « Un débat houleux a eu lieu entre le Maroc et l’Algérie suite à l’élection du Royaume au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé sur proposition du président du Conseil », a déclaré à la MAP le ministre de la Santé, El Houssaine Louardi. Et d’ajouter : « Le collègue algérien s’est farouchement opposé à cette proposition, mais le Royaume a fini par l’emporter en dépit de l’opposition de l’Algérie qui s’est abstenue de participer au vote».
A titre de rappel, lorsque le Royaume avait été élu en novembre 2013 à une large majorité au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU pour un mandat de trois ans, l’Algérie et ses sbires du Polisario ne l’avaient pas vu d’un bon œil. Farouk Constantini, président de la soi-disant Commission algérienne de la promotion et la protection des droits de l’Homme avait déclaré, sans vergogne, que « l’élection du Maroc au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU est injustifiée et inconvenable ». Cette déclaration déplacée d’un responsable algérien montre l’aversion maladive des caciques du régime algérien envers le Maroc. 
Lors des débats de ce Conseil, les diplomates marocains ont dû faire face, à maintes reprises, à l’opposition d’Alger qui a même eu l’outrecuidance de faire la leçon au Maroc en matière de droits de l’Homme, alors que tout le monde sait ce que ce pays fait de ces droits. 

Mourad Tabet
Jeudi 22 Mai 2014

Lu 1462 fois


1.Posté par Khalid le 24/05/2014 14:04
On se demande quelle seraient les occupations de la diplomatie boutefliqienne s'il n'y avait pas l'affaire du Sahara.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs