Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’augmentation des prix du blé à l’international risque de grever le budget de la compensation

Les conditions météorologiques et les tensions en Ukraine tirent les cours vers le haut




L’augmentation des prix du blé à l’international risque de grever le budget de la compensation
L’évolution mitigée des cours des matières premières durant cette année ne semble pas avoir fait l’heur des conjoncturistes de la Direction des études et prévisions financières. Alors que ceux du  Brent ont marqué une baisse de 1,3% sur un mois et de 1,7% sur un an pour s’établir à 107 dollars en moyenne en mars, les cours des principaux produits alimentaires (céréales, sucre) ont, quant à eux,  connu un rebond sous l’effet des conditions météorologiques défavorables et des tensions géopolitiques dans la région de la mer Noire.
Ainsi, le fait que les pluies annoncées sur les Etats-Unis pour le week-end ont été minimes sur les grandes Plaines contrairement à ce qui était attendu, et le retour de températures négatives; dans ce contexte, le « crop rating » ne devrait pas s’améliorer cette semaine et le blé américain devrait prendre une courbe ascendante. 
En outre, la tension entre l’Ukraine et la Russie, qui représentent à eux deux 20% des exportations mondiales de blé attendues cette année, selon Commerzbank, a fait augmenter les prix.  Sur le marché à terme de Chicago, le cours du blé affiche ainsi une progression de près de 25 %, par rapport au point bas atteint fin janvier. Le contrat à échéance mai, par exemple, s’est négocié en séance, jeudi 13 mars, jusqu’à 6,96 dollars (5,02 euros) le boisseau, un niveau qu’il n’avait pas atteint depuis le 25 octobre.
Cette flambée intervient après une lente glissade des prix du blé et du maïs depuis le milieu de l’année 2013. Une tendance qui se poursuivait en début d’année. Avec la reprise des cotations, ce lundi, sur le marché américain, les cours du blé US devraient retrouver de la fermeté dans un contexte où la crise géopolitique en Ukraine demeure d’actualité.Il est vrai que, selon le ministère de l'Agriculture américain, l'Ukraine ne se classe  qu’au sixième rang mondial des exportateurs de blé, derrière la Russie ; les Etats-Unis étant en tête du peloton.
L'Ukraine revendique également le troisième rang des exportateurs mondiaux de maïs, l'agriculture étant le principal atout économique du pays.
Les questions se posent donc avec acuité sur d'éventuelles perturbations logistiques en mer Noire. Mais aussi pour les céréales qui n'ont pas encore été commercialisées et pour la future récolte. La dévaluation de la monnaie locale, la hryvnia, par rapport au dollar, depuis le début de la crise, a fait monter la tension en augmentant le coût des engrais et des produits phytosanitaires le plus souvent importés par les agriculteurs ukrainiens qui hésitent désormais à vendre dans ces conditions.
La question devrait être tranchée bientôt à l'heure des semis. Ceux-ci ont déjà été reportés en Crimée, officiellement par manque de fioul. 
Quid du Maroc et, surtout, de l’inévitable tension que cette montée des prix pourrait induire au niveau de la Caisse de compensation ?
Force est de constater qu’au niveau des  importations, celles-ci ont atteint plus de 98 MMDH, soit le cours le plus haut enregistré durant le premier trimestre des cinq dernières années.  
L’Office des changes impute notamment ce résultat à l’accroissement des importations de blé de plus de 3 MMDH et de l'huile brute de pétrole de plus de 2,58 MMDH.
Toute baisse du prix du brut n’aura donc pas une très grande incidence sur le budget de la Compensation eu égard à   l’indexation des prix des carburants   devenue opératoire. Par contre, les hausses prévisibles des cours des céréales auront un impact direct et fort important sur celle-ci. 

Mohammed Taleb
Lundi 21 Avril 2014

Lu 1019 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs