Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’athlétisme russe et kényan accusé de dopage




Un documentaire sur le dopage dans l'athlétisme, diffusé samedi après-midi sur la chaîne publique allemande ARD, lance de nouvelles attaques contre la Russie, déjà épinglée dans un précédent reportage, et pointe également le Kenya.
En décembre dernier, ARD avait diffusé un documentaire, qui avait alors fait grand bruit, qui dressait un portrait sévère de l'athlétisme russe, présenté comme gangrené par le dopage et la corruption.
Dans ce nouveau documentaire, diffusé samedi après-midi, trois semaines avant les Mondiaux d'athlétisme de Pékin (du 22 au 30 août), les journalistes d'ARD accusent une nouvelle fois l'athlétisme russe, soutenant que, "malgré les assurances des fonctionnaires russes" en faveur d'un sport propre, "les sportifs dopés et les instigateurs sont toujours protégés", selon un communiqué de la chaîne. Le documentaire fait ainsi état de suspicions à l'encontre de la Russe Mariya Savinova, championne olympique du 800m à Londres en 2012 : dans un enregistrement sonore qui lui est attribué, l'athlète reconnaît la prise d'hormones de croissance.
L'équipe s'appuie encore sur les propos, enregistrés en caméra cachée, d'une spécialiste russe du 800m, Anastasia Bazdireva. "Avec les anabolisants, j'ai les muscles durs. Mais je peux courir. C'est dur, mais ça va. Tu te sens différent avec les anabolisants", dit-elle.
"Si tout cela s'avère vrai, alors le problème est certainement plus important que ce que l'on avait jusqu'à présent pu admettre", explique Richard Pound, l'ancien président-fondateur de l'Agence mondiale antidopage (AMA), à la tête de la commission d'enquête de l'AMA sur les accusations contre la Fédération russe.
L'équipe de journalistes d'ARD fait aussi état d'une banque de données riche de 12.000 résultats d'analyses sanguines, qui leur a été remise de façon anonyme.
Les résultats ont été examinés par un spécialiste du dopage, l'hématologue australien Michael Ashenden. Selon lui, ces tests "ne laissent planer aucun doute sur le fait que les disciplines d'endurances, lors des Championnats du monde ou des Olympiades, ont été entachées par du dopage sanguin". L'équipe de journalistes s'est également rendue au Kenya où, en caméra cachée, ils ont filmé des injections de produits dopants "dangereux".
Ils évoquent une "corruption massive" et une "volonté de dissimuler le dopage", "jusqu'au sommet de la fédération d'athlétisme kényane", selon le communiqué, rapporte l’AFP.
Le Kenya a été secoué récemment par un scandale de dopage qui a notamment valu à la star du marathon Rita Jeptoo d'être suspendue deux ans.
"Depuis 2006, je n'ai pas été contrainte à faire un seul test sanguin au Kenya", confie la marathonienne de 34 ans dans le documentaire.
A la suite du précédent documentaire d'ARD sur le sujet, le président de la Fédération russe d'athlétisme, Valentin Balakhnichev, mis en cause dans le reportage, s'était mis en retrait de ses fonctions de trésorier de la Fédération internationale (IAAF).
 Il avait ensuite démissionné en février de ses fonctions de président de la Fédération russe d'athlétisme. Dans la foulée, cette dernière avait lancé une procédure en justice contre ARD.
Les Américains, qui doivent désigner une nouvelle ville candidate en août, sont présents grâce à leurs quatre membres au CIO, dont Lawrence Probst, président de leur comité olympique (USOC). Pour les Canadiens, qui s'interrogent encore sur une candidature de Toronto, récente ville hôte des Jeux panaméricains, le Québécois Marcel Aubut, président du Comité olympique national, est venu prendre la température.
Quoi qu'il en soit, "l'issue du vote pour 2024 est très difficile à anticiper", confie à l'AFP le Taïwanais Ching-Kuo Wu, l'un des 15 membres du comité exécutif du CIO. D'autant que le processus de candidature change et que le CIO n'éliminera plus de candidat avant le vote final à Lima à l'été 2017.
Et le président de la Fédération internationale de boxe de livrer quelques pistes sur ce que les postulants devront mettre en avant: "Dans leur candidature les villes doivent convaincre que leur projet n'apportera pas seulement à leur ville, mais aussi à leur région et à leur pays. Nous attendons une vision plus large, et pas seulement technique".
La veille, Pékin avait ainsi battu Almaty pour les JO 2022 en faisant une promesse: développer un marché encore balbutiant des sports d'hiver "au profit de plus de 300 millions de personnes vivant dans le nord de la Chine".

Des tests sanguins s'avèrent anormaux

Les résultats des centaines de tests sanguins d'athlètes s'avèrent anormaux ou "suggéraient grandement le dopage", rapporte la BBC dimanche.
Le Sunday Times britannique et le groupe de radio-diffusion allemand ARD/WRD disent avoir eu accès aux résultats de 12.359 tests sanguins effectués sur plus de 5.000 athlètes sur une durée de 11 ans.
L'analyse des tests par des scientifiques montre que plus de 800 athlètes ont donné des échantillons sanguins qui étaient "anormaux" ou "suggéraient grandement" le dopage, rapporte la BBC qui dit avoir vu les documents.
Des tests sanguins anormaux ne sont pas en eux-mêmes une preuve de dopage, mais "nous devons attendre la transcription de tout cela avant de faire des commentaires", a déclaré dimanche à la presse le secrétaire général de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF en anglais), Essar Gabriel.
Le président de l'IAAF, Lamine Diack, qui doit démissionner ce mois-ci, a dit qu'il n'était pas au courant.
"Si vous l'avez vu, vous pouvez me dire ce que ça dit", a-t-il déclaré, alors qu'il se trouvait à Kuala Lumpur pour une session du Comité international olympique (CIO).
Selon la BBC, un tiers des médailles gagnées dans les épreuves d'endurance aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde entre 2001 et 2012 a été remporté par des athlètes dont les tests étaient "suspects".



Libé
Lundi 3 Août 2015

Lu 494 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs