Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Ukraine bloque toujours le transit du gaz russe

José Manuel Barroso prône le recours à la justice




L’Ukraine refuse de laisser transiter par son territoire le gaz russe destiné aux Balkans, à la Moldavie et à la Slovaquie, a accusé mercredi la compagnie russe Gazprom dans un communiqué.  Gazprom a affirmé avoir demandé à Naftogaz à 23H00 GMT mardi de laisser transiter par l’Ukraine 98,8 millions de m3 de gaz mercredi. Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a menacé hier la Russie et l’Ukraine d’actions en justice des compagnies gazières européennes si les livraisons de gaz à l’UE n’étaient pas rétablies de manière “urgente”. “Je veux envoyer un message clair à Moscou et à Kiev”, a-t-il déclaré au Parlement européen à Strasbourg. “Si l’accord avec l’UE n’est pas honoré de manière urgente, la Commission européenne conseillera aux compagnies européennes de porter l’affaire en justice et appellera les Etats membres à prendre une action concertée pour trouver des moyens alternatifs d’approvisionnement énergétique et de transit”, a-t-il ajouté, sous les applaudissements des eurodéputés. Le Premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko a promis hier la reprise du transit du gaz russe vers l’Europe aussitôt que la Russie le fournira à nouveau à l’Ukraine, au cours d’une rencontre à Kiev avec son homologue slovaque Robert Fico. “Si le gaz est fourni, il sera immédiatement envoyé” vers l’Europe, a déclaré Mme Timochenko.
La crise gazière s’est aggravée, l’Ukraine et la Russie s’accusant mutuellement d’avoir empêché la reprise, initialement prévue pour mardi matin, du transit du gaz vers les pays européens, une situation jugée inexcusable par l’UE.
Les observateurs de la commission internationale de surveillance à Kiev “ont signé un rapport qui atteste qu’il n’y a pas eu de pompage de gaz russe à travers les gazoducs ukrainiens vers l’Europe alors que la pression dans le conduit à la frontière entre la Russie et l’Ukraine était de 70 atmosphère”, a déclaré le groupe russe dans un communiqué.  Le transit du gaz russe via l’Ukraine, à peine relancé mardi matin après une semaine d’interruption, s’est de nouveau arrêté, Moscou et Kiev s’accusant réciproquement d’en être responsable.  La crise gazière s’est aggravée, l’Ukraine et la Russie s’accusant mutuellement d’avoir empêché la reprise initialement prévue pour mardi du transit du gaz vers les pays européens, une situation jugée inexcusable par l’UE. “Dans la matinée, Gazprom a commencé à réaliser le plan de rétablissement des livraisons de gaz à l’Europe. L’Ukraine a bloqué toutes nos actions en vue du transit du gaz vers l’Europe”, a déclaré Alexandre Medvedev, le numéro deux de la société gazière russe Gazprom. L’entreprise publique ukrainienne des hydrocarbures Naftogaz a admis bloquer le transit gazier qui devait reprendre mardi matin, mais a expliqué sa position par le fait que Gazprom avait posé des “conditions de transit inacceptables”.  Selon Kiev, la Russie a voulu introduire le gaz dans un gazoduc qui n’est pas prévu pour l’exportation, mais pour la consommation intérieure, des accusations immédiatement rejetées par Gazprom.



AFP
Jeudi 15 Janvier 2009

Lu 263 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs