Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’UMP réclame la démission de Christiane Taubira




L’UMP réclame  la démission de Christiane Taubira
Le président de l’UMP, Jean-François Copé, a réclamé mercredi la démission de la ministre de la Justice, Christiane Taubira qui a, selon lui, «menti» en affirmant n’avoir été informée que vendredi dernier du placement sur écoute de Nicolas Sarkozy.
Mis à mal par la succession d’affaires visant l’UMP et l’ancien chef de l’Etat, les ténors de l’opposition ont lancé une contre-attaque en règle en accusant l’Exécutif de s’être livré à un «espionnage politique» à des fins partisanes, ce que le Parti socialiste a démenti par la voix de son dirigeant.
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a reconnu mardi sur France 2 que Christiane Taubira et lui-même avaient été informés dès le 26 février, sans connaître le contenu des écoutes, contredisant ainsi sa ministre de la Justice.
La garde des Sceaux avait affirmé lundi qu’elle n’en avait pris connaissance qu’à la lecture d’un article du Monde paru vendredi dernier.
«C’est donc que la garde des Sceaux a menti ; dans ce contexte, il n’est pas possible qu’elle reste en fonction», a déclaré Jean-François Copé à des journalistes. «Sa démission face à ce mensonge est inéluctable». 
Le président de l’UMP «demande que le Premier ministre réunisse l’Assemblée nationale pour s’expliquer devant elle, sans attendre».
Quant à François Hollande, «le président de la République ne va pas s’en sortir avec simplement l’annonce ingénue d’une nouvelle commission censée faire toute la lumière et améliorer les procédures en cours», a ajouté Jean-François Copé.
«C’est donc aussi le président de la République qui devra s’expliquer devant les Français», a-t-il ajouté, estimant que l’atteinte à la séparation des pouvoirs ne venait pas aujourd’hui de l’opposition, mais «de ce gouvernement et du président de la République». 
Il a également laissé entendre que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, qui a assuré mercredi matin avoir appris l’existence des écoutes par la presse, donc vendredi dernier également, était lui-même dans le déni.
Manuel Valls a déclaré mercredi qu’il n’avait eu connaissance de la mise sur écoute de Nicolas Sarkozy qu’à travers les informations de presse. Le quotidien Le Monde a dévoilé ces informations le 7 mars. 
Selon Jean-François Copé, Manuel Valls «prend une énorme responsabilité en disant qu’il n’était au courant de rien car s’il devait apparaître qu’il était effectivement au courant, c’est donc un nouveau mensonge d’Etat».
Le président de l’UMP a demandé que soit rendue publique une note administrative précisant la synthèse du contenu des écoutes «afin que là encore soit démasqué ce qui est certainement encore un mensonge de l’Exécutif concernant le fait qu’il ne connaissait pas le contenu alors que très probablement il le connaissait». 

Reuters
Jeudi 13 Mars 2014

Lu 546 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs