Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’UE salue l'accord de paix au Soudan du Sud

Les rebelles accusent le gouvernement de violations du cessez-le-feu




L’UE salue l'accord de paix au Soudan du Sud
Les rebelles du Soudan du Sud ont accusé dimanche les forces gouvernementales de multiples violations du cessez-le-feu sur plusieurs fronts, quelques heures après l'entrée en vigueur d'une trève visant à mettre fin au sanglant conflit de cinq mois.
 "Les violations de l'+Accord visant à résoudre la crise au Soudan du Sud+", le document signé vendredi entre le gouvernement et les rebelles, "montrent que soit (le président Salva) Kiir est hypocrite, soit il ne contrôle pas ses forces", a déclaré le porte-parole militaire des rebelles, Lul Ruai Koang, dans un communiqué. Il a ajouté que les rebelles se réservaient "le droit de se battre pour se défendre".
L'Union européenne a salué samedi l'accord conclu entre le gouvernement du président Salva Kiir et les rebelles de Riek Machar, y voyant un "premier pas" vers la paix s'il était appliqué sans délai.
 L'accord est "une possible avancée majeure s'il est rapidement mis en oeuvre", a déclaré Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne, dans un communiqué.
 "Le Soudan du Sud est engagé dans une course contre la montre" car "une catastrophe humanitaire le menace", a-t-elle ajouté. L'UE appelle pour cela les deux dirigeants à "ordonner immédiatement à tous les groupes militaires d’éviter toute action hostile".
 Les Européens attendent également "la reprise rapide des pourparlers en vue de la formation d'un gouvernement de transition d'unité nationale", indique le communiqué.
 Le président Kiir et Riek Machar, son ancien vice-président ayant pris le maquis, ont signé vendredi soir à Addis-Abeba un engagement à cesser les hostilités. Ils ont convenu que toutes les activités hostiles cesseraient dans les 24 heures dans le pays après presque cinq mois d'un conflit marqué par de nombreuses atrocités.
Khartoum a salué samedi la signature de l'accord de paix entre le gouvernement sud-soudanais et les rebelles destiné à mettre fin à ce  sanglant conflit.
Le Soudan a pris part à la médiation entre gouvernement et rebelles dans le cadre de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad), l'organisation sous-régionale est-africaine.
Moins de trois ans après son indépendance en juillet 2011, le Soudan du Sud - né sur les décombres d'un des plus longs conflits africains, qui a opposé de 1983 à 2005 Khartoum à la rébellion sudiste désormais au pouvoir à Juba - a replongé depuis mi-décembre dans la guerre, sur fond de rivalités au sein du régime entre le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar.
Le conflit, commencé le 15 décembre, a fait des milliers de morts - probablement des dizaines de milliers, mais aucun bilan précis n'existe -, chassé plus de 1,2 million de personnes de leur foyer et dévasté les villes du pays.

AFP
Lundi 12 Mai 2014

Lu 79 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs