Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'UE appelle la Russie à libérer sans tarder les manifestants : L'opposant Navalny face à la justice




L'UE appelle la Russie à libérer sans tarder les manifestants : L'opposant Navalny face à la justice
L'Union européenne a appelé lundi la Russie à relâcher "sans tarder les manifestants pacifiques" qui ont été arrêtés par centaines la veille lors de mouvements de protestation contre la corruption.
"Les opérations de police dans la Fédération de Russie, qui ont essayé de disperser des manifestations et ont arrêté des centaines de citoyens, dont le dirigeant de l'opposition Alexeï Navalny, les ont empêchés d'exercer leurs libertés fondamentales dont la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique, qui sont toutes inscrites dans la Constitution russe", a estimé une porte-parole de l'UE dans un communiqué.
"Nous exhortons les autorités russes à pleinement respecter leurs engagements internationaux (...) à respecter ces droits et à libérer sans attendre les manifestants pacifiques qui ont été arrêtés", a-t-elle ajouté.
L'opposant russe Alexeï Navalny et des centaines de ses partisans ont été interpellés dimanche dans toute la Russie lors de manifestations anticorruption constituant l'une des plus fortes mobilisations visant le président Vladimir Poutine depuis son retour au Kremlin en 2012.
Par ailleurs, le procès de l'opposant russe Alexeï Navalny s'est ouvert lundi au lendemain de son arrestation aux côtés de plus d'un millier de personnes lors de manifestations d'une rare ampleur contre la corruption dans tout le pays.
L'opposant numéro un au Kremlin, les traits tirés, a été conduit au tribunal Tverskoï dans le centre de Moscou, en présence des journalistes et d'une vingtaine de ses partisans. "Viendra le moment où ce sera nous qui les jugerons (honnêtement cette fois-ci)", a écrit l'opposant sur Twitter, en référence aux autorités russes.
Alexeï Navalny est à l'origine de la mobilisation contre la corruption des élites qui a réuni dimanche des dizaines de milliers de personnes dans le pays. Arrêté dès le début du rassemblement à Moscou, il a passé la nuit en détention.
Le blogueur anticorruption, qui compte défier Vladimir Poutine lors de l'élection présidentielle de début 2018, comparaît pour appel à rassemblement donnant lieu à des troubles à l'ordre public et encourt jusqu'à 15 jours de rétention administrative.
Le mouvement de contestation de dimanche a été marqué par deux faits nouveaux: les manifestations étaient nombreuses dans des villes de province d'habitude plutôt calmes et l'âge moyen des participants a considérablement rajeuni, les opposants "historiques" au Kremlin étant rejoints par des lycéens nés au début du siècle et qui n'ont connu que Vladimir Poutine comme président.
Comme Navalny, au moins 1.030 personnes ont été arrêtées à Moscou, où des milliers de manifestants ont défié l'interdiction des autorités, selon l'organisation OVD-Info, spécialisée dans la surveillance des manifestations, qui fait également état de dizaines d'arrestations en province.
La très grande majorité a été libérée dans la nuit après s'être vu signifier une "infraction administrative" pour participation à une manifestation non autorisée. Au moins 120 personnes restaient toujours détenues par la police lundi matin, selon la même source.
Selon le ministère de l'Intérieur, un policier a été hospitalisé après avoir été blessé à la tête par un manifestant et une enquête ouverte.
Le quotidien Kommersant remarquait lundi la jeune moyenne d'âge des manifestants, dont plus de la moitié étaient des élèves ou des étudiants.
Le quotidien des affaires Vedomosti a pour sa part estimé que la mobilisation de dimanche rappelait celle des manifestations contre le Kremlin de l'hiver 2011, qui avaient rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes pour dénoncer les fraudes lors des élections législatives. "Alexeï Navalny a réussi à politiser les jeunes", juge le journal.

Mardi 28 Mars 2017

Lu 366 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs