Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’IZK tranquille leader et le CAK à la croisée des chemins

Le CODM et l’IRT ratent le coche et voient leurs rêves d’accession s’amenuiser




L’IZK tranquille leader et le CAK à la croisée des chemins
L’IZK à la faveur de sa victoire à Oulad Taïma sur le CCH sur un but de son vétéran de service Lamrabet a pris de la hauteur et a allongé le pas sur deux dangereux poursuivants: le CODM battu à Casablanca au Père Jégo par un RAC soudain revigoré (3-0) et  l’IRT qui a vu sa série ternie par l’UST qui l’a accroché en son Grand stade (1-1).
Le dauphin, le CAK quant à lui, dans sa pire semaine depuis son accession a limité les dégâts en allant à l’essentiel à Khénifra (1-0) devant l’USMO. Cette dernière et pour le point de ce revers fait la mauvaise affaire du jour, ses compagnons de misère dans la zone rouge ayant tous deux gagné, l’USMAM lanterne rouge ayant même réalisé une victoire chez les autres qui plus est à Laâyoune face à la (JSM 3-2). Les Sahraouis, de ce résultat, peuvent dire adieu à tout espoir de retour chez les grands, quinze points les séparent désormais de la tête et avec des clients comme le CAK, le CODM, Tanger et Béni Mellal encore aux aguets peu de chances pour autant que contredirait la calculette.
Deux victoires à domicile pour se doper un peu le moral et arrêter une hémorragie estimée quelque peu dangereuse pour la santé des clubs concernés, celle du MCO qui s’est donné un peu de répit grâce à sa victoire étriquée certes (1-0), mais combien précieuse sur les banlieusards du RB et celle identique de l’USM qui met fin à une longue période de disette en venant à bout de la JSKT décidément peu en forme en ce retour.
Les faits pour cette journée qui a vu six victoires, deux en déplacement (IZK et USMAM) et deux nuls, un vierge (RBM-CAYB) pour quatorze buts d’inscrits, sont plutôt les évènements produits dans la capitale des Zaïanes et surtout les conséquences qui en ont découlé et qui tout au long de la semaine ne manqueront pas de faire jaser.  Voyons voir ! Voici donc un club qui accède en D2 et qui n’a d’autres ambitions initiales que le maintien et qui ô concours de circonstances se voit projeté un peu malgré lui au-devant de la scène, assiduité et résultats positifs aidant et ce grâce à une direction technique et un groupe de dirigeants pour le moins intègres. Devant l’aubaine, on se dit en terre zaïane que le coup est jouable et on s’applique du mieux pour le réussir. Seulement, voilà le football n’ayant jamais été une science exacte, il a fallu faire avec quelques soucis de parcours, somme toute normaux, et que surtout tous les clubs connaissent et redoutent.
Samedi, ce sont quelques énergumènes remontés qui n’ont rien à voir avec le sport qui ont pris place sur les gradins du stade municipal sans autres intentions  que de  gâcher la fête à Khénifra. Insultes et diffamations ont fusé visant staff technique et dirigeants, faisant perdre du fait le capital sympathie engendré par cette équipe du CAK à travers le Royaume. A l’unanimité et à chaud, tous les responsables du club y compris Hicham Idrissi le coach zaïani qui n’a rien à prouver à personne quant à son intégrité et à son sérieux ont démissionné.  La raison l’emportant à froid, on décida après réflexion de garder le cap jusqu’à la fin de saison mais avec une décision pour le moins saugrenue, celle de désormais jouer le restant de la saison à huis clos. D’humble avis ce n’est pas là, la solution idéale. Les quelques individus fauteurs de troubles et qui plus est sont parfaitement connus par les autorités n’ont pas à dicter leur loi à quiconque. Fermer le stade, c’est leur donner raison. C’est plutôt à eux que l’on doit interdire l’accès au stade et non pas, en priver le public zaïani qui n’a plus rien à prouver quant à son attachement à son équipe.
En tout cas, cette situation, bien que paradoxale aux résultats du jour, ne peut-être profitable, si elle persiste, qu’aux principaux  rivaux du CAK que sont le CODM et l’IRT qui rêvent de damer le pion aux poulains de Hicham Idrissi du moins, si ce dernier reste partie prenante pour un rendez-vous avec l’Elite et l’histoire. Parfois, il faut savoir raison garder.

Mohamed Jaouad Kanabi
Mercredi 19 Mars 2014

Lu 634 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs