Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Etat islamique cherche des réseaux sociaux non censurables pour sa propagande


L'Etat islamique cherche des réseaux sociaux non censurables pour sa propagande



L'Etat islamique cherche  des réseaux sociaux non  censurables pour sa propagande
 
Après la suspension de nombre de ses comptes par Twitter, l'Etat islamique se reporte sur d'autres réseaux pour placer sa propagande jihadiste, dont le réseau décentralisé Diaspora, qui a fait fermer les comptes les plus actifs, a indiqué jeudi ce réseau à l'AFP. 
"Nous souhaitons que notre réseau soit un lieu d'échange amical et ne serve pas à l'organisation de meurtres ou à la diffusion de messages de propagande incitant à la haine", a-t-il fait valoir.
Diaspora, lancé en 2010 par des étudiants américains, est un réseau de "noeuds" qui permet à chacun d'ouvrir un mini-réseau social, sans administrateur central pour le censurer.
Sur son blog, Diaspora explique que l'Etat islamique "migre vers des systèmes de logiciel libre" décentralisés de ce type. "Il n'y a pas de serveur central, donc aucun moyen pour l'équipe centrale de retirer des contenus dans un noeud", explique le groupement, contrairement à Twitter ou YouTube.
 « Nous ne pouvons empêcher personne d'utiliser Diaspora ni influencer les décisions des administrateurs individuels ».  Twitter a suspendu depuis mardi soir de nombreux comptes de membres de l'Etat islamique et de ses partisans, qui relayaient les images de la décapitation du journaliste américain James Foley.
Liveleak, autre site qui avait hébergé la vidéo sur James Foley, légèrement abrégée, est revenu sur sa position libertaire pour annoncer qu'il "ne montrera plus d'autres vidéos de décapitations de l'Etat islamique".
Le site, dont le credo était de montrer la réalité sans censure, indique avoir connu mercredi un pic de trafic d'internautes qui cherchaient la vidéo.
"Nous avons montré au monde la véritable horreur de cette forme d'exécution plus d'une fois et ne pouvons trouver aucune raison d'en monter davantage". Liveleak regrette cependant que "le monde s'émeuve quand meurt un des "nôtres" mais pas pour des meurtres d'Arabes".
Sur le terrain en Irak, les Etats-Unis ont maintenu la pression jeudi sur les jihadistes de l'Etat islamique en lançant de nouvelles frappes dans le nord de l'Irak après l'onde de choc provoquée à travers le monde par la décapitation d'un journaliste américain. L'Etat islamique a été "coupé dans son élan" grâce aux frappes américaines dans le nord de l'Irak, mais pour en venir à bout, il faudra s'y attaquer aussi en Syrie, a estimé le chef d'état-major Interarmées américain jeudi.
 L'EI "va au-delà d'un groupe terroriste. Il allie idéologie (et) sophistication de son savoir-faire militaire tactique et stratégique. Il est extrêmement bien financé", a souligné le ministre américain de la Défense Chuck Hagel.
Jamais jusqu'à présent un responsable de l'Administration du président Barack Obama n'avait décrit la menace que représente l'Etat islamique en des termes aussi forts. 
 

AFP
Samedi 23 Août 2014

Lu 101 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs