Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Espagne veut se défausser de ses responsabilités

Le Maroc appelé à jouer le rôle de gendarme dans sa lutte contre l’immigration irrégulière




L’Espagne veut se défausser de ses responsabilités
Le Maroc est appelé à jouer le gendarme pour le compte de l’Espagne. C’est ce qui ressort de la déclaration de José Manuel Garcia-Margallo, ministre espagnol des Affaires étrangères. Pour lui, le Royaume doit empêcher les immigrés irréguliers subsahariens de s’approcher des points de passage entre les enclaves occupées de Sebta et Mellilia et le reste du Maroc.   
Intervenant lors d’une conférence de presse en marge de la présentation du rapport de l’Institut Royal El Cano sur la politique étrangère espagnole,  le ministre a déclaré que notre pays est appelé à trouver une issue à la question du retour des migrants irréguliers et de consentir plus d’efforts dans la coopération relative à ce sujet.
José Manuel Garcia-Margallo estime que la frontière maroco-espagnole est « la plus difficile au monde, plus que celle entre les Etats-Unis et le Mexique », en précisant que la forêt du mont Gourougou qui donne sur Mellilia compte des centaines de migrants prêts à prendre d’assaut la ville pour tenter leur chance.
Une situation appelée à se compliquer davantage dans les années à venir, avec l’accroissement des migrants qui deviendraient de plus en plus nombreux ; notamment avec la fin de la crise économique en Europe, selon le ministre espagnol. Cet état de fait exige un contrôle strict qui ne doit pas se faire uniquement par l’Espagne mais également par l’UE.
Des déclarations qui font écho, à quelques jours d’intervalle, à  celles  de Jorge Fernandez Diaz, ministre espagnol de l’Intérieur qui a proposé à son homologue marocain, Mohamed Hassad, le « retour immédiat » des clandestins qui usent de la force pour pénétrer dans les enclaves occupées de Sebta et Mellilia.  A l’instar de son collègue José Manuel Garcia-Margallo, Fernandez Diaz a estimé que des difficultés persistent entre le Maroc et l’Espagne au niveau de la lutte contre l’immigration irrégulière malgré  une coopération bilatérale fort développée.
Pour plusieurs spécialistes des migrations, la sortie médiatique du ministre espagnol des Affaires étrangères est surprenante d’autant que la logique de l’espace Schengen impute la responsabilité du contrôle des frontières à chaque Etat membre.
Ceci d’autant plus que la réussite espagnole en matière de lutte contre l’immigration illégale est citée en exemple.  Car elle a abouti à la diminution considérable des arrivées massives de migrants des côtes sénégalaises dans les Iles Canaries, en 2006-2007, et ce grâce à un dialogue avec le Sénégal et via l’organisation d’un contrôle conjoint des embarquements sur les plages. 
Selon ces experts, si la coopération avec les pays sources ou de transit est à l’évidence la clé pour lutter efficacement contre l’immigration illégale, il reste que ces négociations doivent porter sur  l’organisation de la mobilité et de l’immigration régulière, comme c’est  le cas de la France qui a commencé à entamer une série  d’accords portant sur la gestion de l’immigration. 

Hassan Bentaleb
Vendredi 28 Février 2014

Lu 1059 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs