Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Egypte décidée à contrer les responsables de la violence

Mort de six soldats au Caire




L’Egypte décidée à contrer  les responsables de la violence
Les autorités intérimaires égyptiennes ont promis dimanche d'agir de manière "décisive" contre les responsables des violences et ont renforcé la sécurité au lendemain de la mort de six soldats au Caire dans une attaque attribuée à des islamistes.
 Lors d'une réunion d'urgence convoquée dans la nuit, le gouvernement a promis "d'agir contre quiconque attaquerait des civils ou des installations gouvernementales", selon un communiqué.
 Les responsables des attaques contre l'armée seront poursuivis devant les tribunaux militaires, conformément à la nouvelle Constitution approuvée par référendum en janvier, a ajouté le texte.
 Le gouvernement a également ordonné un renforcement des mesures de sécurité pour faire face à la multiplication des attaques qui ont coûté la vie à plus de 200 soldats et policiers depuis que l'armée a destitué et arrêté le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013.
 La plupart des attaques ont eu lieu dans la péninsule du Sinaï mais ces derniers mois, les activistes ont élargi leur champ d'action au Delta du Nil et au Caire.
Les six soldats tués samedi, ont été abattus dans la banlieue nord du Caire à Choubra Al-Khima par des assaillants armés qui avaient également posé deux bombes avec l'intention de les faire exploser au moment de l'arrivée des services de secours, a indiqué l'armée dans un communiqué.  Au moment de l'attaque, les soldats "étaient en train de prier" à un check-point, a indiqué à l'AFP le porte-parole de l'armée, le colonel Ahmed Aly.
 La télévision a diffusé des images montrant des démineurs militaires faisant exploser une bombe sans incident. Selon une chaîne de télévision privée, citant un responsable du ministère de l'Intérieur, l'une des bombes avait été posée près du cadavre d'un soldat.
Cette attaque, qui intervient au surlendemain d'une autre ayant coûté la vie à un soldat dans la capitale, a été attribuée par l'armée aux Frères musulmans, la confrérie de M. Morsi déclarée organisation "terroriste" par les nouvelles autorités.
 Le Conseil de Défense nationale, dirigé par le président par intérim Adly Mansour, a promis de "venger le précieux sang" des soldats.
 Les principaux attentats ont été revendiqués par le groupe jihadiste Ansar Beit al-Maqdess, un mouvement basé dans le Sinaï qui dit s'inspirer d'Al-Qaïda. Mais le nouveau pouvoir dirigé de facto par l'armée accuse les Frères musulmans, qui démentent, de ces violences.
 Depuis la destitution de M. Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte, les autorités ont lancé une féroce campagne de répression, tuant près de 1.400 manifestants pro-Morsi selon Amnesty International, et emprisonnant des milliers d'islamistes, des Frères musulmans pour l'immense majorité.

AFP
Lundi 17 Mars 2014

Lu 661 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs