Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Ecole marocaine se meurt : Des chiffres qui font froid dans le dos




Les faits sont là et ils sont accablants : 78% des élèves des quatre années du niveau élémentaire  ne comprennent pas les  cours qu’on leur dispense;   13,9% des élèves du  lycée quittent les bancs de l’école prématurément contre 12,2%  au collège et 2,9% au primaire. Et last but not least,  15.000 classes regroupent entre 41.000 et 45.000 élèves, tous niveaux confondus. Des chiffres révélés dernièrement  par Rachid Belmokhtar, himself, lors de la présentation du budget du ministère de l'Education nationale et de la Formation professionnelle devant la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication au Parlement.  Preuve de courage politique et de transparence ou stratagème pour se dédouaner de ses responsabilités et imputer à ses prédécesseurs les failles du secteur ? 
Pourtant, quelles que soient les intentions du ministre, la réalité du secteur de l’enseignement est  plus qu’alarmante. Attac-Maroc  brosse un tableau noir du vécu des enseignants et des élèves. D’après un communiqué de cette ONG, les classes du primaire comptent aujourd’hui plus de 48 élèves  par  salle alors qu’ils sont de niveaux scolaires différents. Au niveau des collèges et lycées, on procède à la réduction du volume horaire de certaines matières comme les mathématiques, le français et l’arabe et on oblige les enseignants à dispenser des matières qui ne relèvent pas de leur spécialisation. D’autres enseignants ont été contraints de se déplacer entre les établissements scolaires afin de compléter leur emploi du temps. 
Une situation des plus graves puisqu’elle ne manque pas d’impacter négativement  le niveau de compréhension des élèves et leurs capacités d’apprentissage. Attac estime que cet état de fait est la conséquence d’un manque criant d’enseignants dû à la réduction drastique du budget du secteur qui traduit une volonté délibérée et manifeste de l’Etat  de se débarrasser des principes de la généralisation et de la gratuité de l’école publique.
Selon l’ONG, l’Etat mène une guerre sans merci contre l’enseignement public qui a commencé à céder le pas devant un secteur privé de plus en plus envahissant et de moins en moins contrôlé. Et c’est dans ce contexte qu’Attac analyse l’examen et l’adoption par le  Conseil de gouvernement du  projet de décret 2-15-588 stipulant l’organisation de concours au profit des candidats titulaires de diplômes de qualification afférents au préscolaire, au primaire, au secondaire et au secondaire qualifiant délivrés par les centres régionaux.
Une disposition législative des plus absurdes puisque le manque d’enseignants dans le secteur public est flagrant. Il a été estimé à 9.000 jusqu’en 2030 selon des chiffres  de l’Institut des statistiques relevant de l’Unesco. Ceci d’autant plus que le nombre d’enseignants stagiaires ne dépasse pas les 10.000 tous niveaux confondus.
Pour Attac, ce projet va certainement transformer les centres régionaux en de simples instituts de promotion des professionnels de l’éduction qui ne relèvent plus du ministère de tutelle et dont les lauréats vont devenir de simples diplômés qui seront en concurrence entre eux pour avoir un emploi. Ils seront soumis à des conditions de statuts et de droit  précaires ce qui, par ricochet, impactera négativement l’ensemble du système scolaire.

Hassan Bentaleb
Vendredi 13 Novembre 2015

Lu 1975 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs