Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Association «Touche pas à mon enfant» revient à la charge

C’est urgent, nos enfants sont en danger !




L’Association «Touche pas à mon enfant» revient à la charge
Condamnée mais souvent tue, le voile de la hchouma drape honteusement cette ignominie. Mais il commence difficilement à être relevé. Ce tabou à la peau dure n’est autre que l’agression sexuelle des enfants. L’Association Touche pas à mon enfant, revient encore une fois à la charge pour «faire bouger les choses» à travers une rencontre organisée à Rabat sous le thème «C’est urgent,  nos enfants sont en danger». L’occasion pour Najat Anwar, présidente de l’association  de rappeler toute l’importance que revêt cette problématique de par l’intérêt de plus en plus croissant que lui accordent les médias et la société civile. Et de dénoncer  les pressions dont a fait l’objet l’association qui se bat bec et ongles pour défendre les intérêts des enfants du moins quand les affaires sont portées sur la place publique. Ce qui constitue la seule  partie visible de l’iceberg car  beaucoup de familles préfèrent taire l’ignominie.
Des propos relayés par Mostafa Rachidi, conseiller juridique  et avocat de l’association «avec des moyens rudimentaires, nous avons pu investir  des quartiers et avons tendu la main à des familles afin de les aider à  franchir le pas. Ce qui n’est certes pas chose aisée vu l’hypocrisie sociale qui sévit à  ce sujet » a-t-il indiqué. Et d’ajouter : «On nous met les bâtons dans les roues et on essaie par tous les moyens de nous museler voire de minimiser l’importance de notre combat près des victimes.  Un état qui s’étend même jusqu’aux tribunaux où on a du mal à appeler les choses par leur  nom. «Mais bon Dieu la prostitution des mineurs existe bel et bien mais on a du mal à la reconnaître», s’insurge Me Rachidi. Pourtant le Maroc dispose d’un arsenal juridique à même de protéger les enfants. Mais à cet égard, certaines dispositions qui consacrent les droits de l’enfant, notamment au niveau de la nouvelle Constitution tardent à être mises en oeuvre. En outre, l’application de la loi pose problème comme l’a encore rappelé Me Mostafa Rachidi. Selon lui, les  sanctions ne sont pas toujours exemplaires au point que les agresseurs écopent parfois de peines  légères et se retrouvent dehors au grand dam des victimes. «Outre la corruption qui empêche parfois une application sévère et sereine de la loi, le juge ne l’adapte pas toujours selon les intérêts des victimes», a-t-il encore indiqué.
Une situation que la société civile essaie de faire évoluer. Loin de toute psychose, elle fait de la sensibilisation contre ce fléau son cheval de bataille. Un fléau qui prend la forme soit de prostitution, de pornographie, de pédophilie ou encore de voyeurisme et d’exhibitionnisme, comme l’a rappelé pour sa part Ahmed El Hamdaoui en sa qualité de psychologue.   Des crimes plus ignobles les uns que les autres et dont les victimes souffrent souvent d’un stress post-traumatique. On parle d’une effraction psychique dont les symptômes peuvent aller de la panique, la peur, les troubles de sommeil, jusqu’à la dépression, a encore indiqué M El Hamdaoui.  Par ailleurs, les victimes d’abus sexuel s’isolent, se désorganisent, leur niveau scolaire régresse et parfois  le suicide est au bout du chemin. Plus grave encore, les 2/3 des victimes deviennent à leur tour des agresseurs sexuels. «C’est dans ce cadre que l’expertise médicopsychologique  devrait être obligatoire dans nos tribunaux», a souligné par ailleurs notre psychologue. Elle est salutaire tout d’abord pour l’agresseur afin d’éviter la récidive. Le cas du monstre de Taroudant est très indicatif. Il a été agressé 13 fois et c’est aussi le nombre de ses victimes. Ladite expertise est également recommandée pour les victimes afin de protéger notre capital humain que constituent les enfants. Mais on est encore loin du compte.
D’une seule voix, tous les intervenants ont insisté sur la sensibilisation et sur le dialogue avec les enfants. S’approcher d’eux, savoir les écouter, gagner leur confiance est déjà une façon de les protéger. Un seul leitmotiv : «Votre corps vous appartient».

Nezha Mounir
Lundi 8 Juillet 2013

Lu 1477 fois


1.Posté par thor le 28/09/2013 06:45
Bonjour,

Je vais déposer une plainte en janvier 2013 contre pédophilie d'un touriste français qui s'est rendu à Tangier et Tetouan à proximité des plages de Martiles pour qu'il soit intérrogé sur le but de ses voyages au Maroc à caractère sexuel.

Pourriez vous me mettre en contact sur Paris avec des personnes de l'association marocaine : touche pas à mon enfant.

Je connais le lieu de résidence de cette personne en France mais je dois laisser la justice faire son travail.

Mon mail : gramontag@yahoo.fr

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs